Chronique : Scarlean, « Ghost »

Aaaah, le metal alternatif. Un genre qui a une identité très forte bien que sa dénomination le place très souvent et malproprement comme une espèce de fourre-tout, pire encore confusé avec le nu-metal ou le post-grunge puisqu’ils ont tous pris leurs racines dans les années 90. Le metal alternatif, en fait c’est quoi ?

C’est un des fistons du heavy, déjà. Mais c’est aussi du rock, mais pas n’importe quel rock non, le rock alternatif. Des fanas de zik, j’en connais, mais j’ai jamais croisé un metaleux ou un rockeur s’identifier de prime abord comme un mec qui écoute ça. « Moi j’écoute du death », « moi j’suis un thrasheux », « moi un coreux », « moi un punk » (au cachot !), etc. Mais personne ne dit « j’écoute du alt », ou « je suis un alteux », j’imagine pas bien quel adjectif peut en découler en fait. Pourtant, tout le monde en écoute, et tout le monde l’aime. Le metal alternatif va en fait, grossièrement fusionner le côté expérimental, les signatures sonores non conventionnelles et la mélodie du rock alternatif et lui coller quelques riffs bien heavy, avec un chant parfois bonhomme et un peu enraillé mais certainement lyrique. D’ailleurs, plus le temps passe, et plus la confusion entre le rock et le metal alternatif se fait. Impossible de réellement trancher entre les deux. C’est juste que par observation, le public metaleux semble être plus présent numériquement sur les audimats de ce genre.

Alors pourquoi tout ce blabla ? Pourquoi il critique le punk ? Parce que j’avais le temps, et pour la gratuité. Maintenant on va parler de Scarlean. Inconnu au bataillon ? Cela s’explique certainement par le fait que le quintet vient tout juste de sortir son premier album, intitulé Ghost. En attaquant frontalement comme ça, sans single, sans EP pour nous préchauffer, on espère que le groupe en a dans le slip. Et bien franchement, oui ! Mais pas que, dans le melon aussi.

Scarlean - "Ghost"

Déjà, l’album suit une trame exemplaire (oui) en matière d’explorations musicales et d’ambiances, à en faire pâlir quelques-uns parmi les plus grands. Il n’y a qu’à écouter ne serait-ce que les trois premiers titres pour se rendre compte de la richesse des mélodies, du ton donné à l’album et de son ambition. Explorer le rock et le metal d’une autre époque sous un regard complètement neuf n’est pas à la portée de tout le monde. Complètement auto-produit (et on salue humblement le travail au passage), le rendu ne triche pas et transpire la spontanéité et la maîtrise. Si tout est coulant, que les riffs sont bons en plus d’être vraiment plaisants, le seul petit reproche que l’on pourrait adjoindre à Ghost, c’est une production un poil de cul trop lisse sur certains passages qui manque de sublimer l’étendue des contrastes et la profondeur de l’album.  Mais là, sérieux on chipote à mort. Le chant d’Alex alterne entre puissance et lyrisme sur un flow riche et bien fourni, alors que les coups raffinés et affûtés de Sylvain amènent les guitares de Géo et Arnaud à se surpasser sans jamais se donner dans de lourdes démonstrations. Il n’y a en fait, aucune surcharge, rien qui dépasse, et de la richesse à se dire qu’ils auraient pu ne prendre que la moitié des idées injectées dans Ghost pour en faire un second album plus tard, que ça serait quand même de la très bonne cam. On regrette juste, pour en revenir au seul défaut que j’ai pu relever, au retrait de la basse de Jay au niveau de la prod. Pourtant, son jeu n’a rien à envier à celui de ses potes.

Bref, un très bon album, que dis-je, un putain d’excellent album qui est une machine à tubes sans le savoir (je pense notamment à « Get Away From Me » ou « Lifetime » pour ne pas faire le fan qui ne sait pas quoi choisir). D’ailleurs, un fan, vous en avez gagné un! Premier album, certes, mais à aucun moment il n’y a une quelconque trace d’amateurisme du début jusqu’à la fin. Ghost est un album qui permettra, on l’espère très fortement, à Scarlean de se hisser très haut sur la scène française et au-delà, parce qu’avec un premier album aussi parfait, on ne peut qu’imaginer que le futur sera bon.

Tracklist :

01.  Prelude
02. Am I this one
03. Need no refrain
04. Between the line
05. Miracle lovers
06. Get away from me
07. Under a boring rain
08. Lifetime
09. Makes me mad
10. Try like everyone tries
11. Forsaken by love
12. Tales for the fool
13. Get away from me (Acoustic version)

L’album est disponible depuis peu sur de multiples plateformes, rendez-vous sur le site officiel pour jeter une oreille.

Scarlean @ Site officiel / Facebook

Jean-Marie Carrée

Be confortable, Creature.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *