fbpx
Vacarm.net
Image default

Brant Bjork – Selftitled

Depuis sa signature sur le label Heavy Psych Sounds, Brant Bjork trouve un nouveau souffle. Le label italien lui a permis de rééditer la plupart de ses albums dans de magnifiques formats collector, de presser des jams retrouvés au fond du placard (“Jacoozzi“) et surtout de sortir un album solo (“Mankind Woman“) qui fait l’unanimité. C’est donc avec un plaisir certain qu’on entend résonner le Desert Rock le plus pur de notre icône sur cet album éponyme, un opus à la coolitude extrême, un bonbon suave et planant qui sent le yucca trop longtemps chauffé par les rayons du soleil.

L’album débute par “Jungle in the Sound”, un pur produit de Brant Bjork, le son que l’on aime par excellence avec une ambiance aussi cool avec une belle saturation de guitare. Le second single est envoyé d’emblée avec “Duke Of Dynamite”, un boogie où Brant s’exprime par une ligne de chant bien balancée avant que sa guitare d’envenime dans un solo heavy ultra saturé. On est clairement dans l’influence 70’s avec un morceau ultra-groovy à la puissance rédemptrice. Toujours plus blues, nous voici propulsé dans l’ambiance folle d’un club avec la batterie survoltée de “Shitkickin’ Now”, un morceau court mais ultra efficace. “Stardust & Diamond Eyes” revient à des bases jams où la batterie joue le rôle de chef d’orchestre pendant que Brant Bjork s’élance dans de longues digressions vocales.

“Been so Long” est l’une des pièce maîtresse de cet album éponyme. Brant Bjork débranche son ampli pour nous livrer un morceau profondément mélancolique, seul avec sa guitare acoustique face au micro. Après ce bref intermède, Brant Bjork revient à une atmosphère beaucoup plus burnée et chevelue, qu’on aurait facilement pu trouver sur “Mankind Woman“. Si “Mary (You’re Such a Lady)” se joue slow tempo, sa ligne de basse renforce un riff de guitare inquiétant qui prend de l’envergure lorsque Brant déploie sa gorge sur le refrain, puis plus tard sur un bref solo bien senti. Avec plus de second degré, “Jesus was a Bluesman” débute par une atmosphère à la teinte grunge révélant ainsi toute la créativité de Brant Bjork sur ses albums. “Selftitled” est clos par “Cleaning Out the Ashtray”, là-aussi, un morceau au son le plus caractéristique de Brant Bjork, aussi funky que ravageur.

La constance de Brant Bjork est toujours aussi déconcertante. Si les avis les plus critiques diront que chaque album se ressemble, notre verdict est beaucoup plus positif. Brant Bjork c’est un son, une ambiance, une atmosphère où le mot “cool” prend tout son sens. En ces périodes troubles, cet album éponyme est salvateur et nous gratifie d’un rayon de soleil…

.: Tracklist :.

  1. Jungle in the Sound
  2. Duke of Dynamite
  3. Shitkickin’ Now
  4. Stardust & Diamond Eyes
  5. Been so Long
  6. Mary (You’re Such a Lady)
  7. Jesus was a Bluesman
  8. Cleaning Out the Ashtray

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.