fbpx
Vacarm.net
Image default

#Découverte | Uncut : “From Blue” + interview

Uncut, c’est la nouvelle pépite rock de nos contrées. Un trio typique et atypique qui propose un rock puissant, mélodique et diablement complet. Leur premier EP intitulé From Blue vient de sortir, l’occasion pour tous de découvrir ce qu’ils ont dans les tripes avec une petite interview en complément, histoire de mieux vous les présenter !

Uncut, c’est parfois fort, parfois c’est relâché, pas grande gueule mais aurait les arguments pour l’être. Le groupe propose aussi bien du rock énergique que du blues mélancolique, parfois l’inverse, en tâtonnant ici et là quelques notes de heavy ou de stoner. Par ailleurs, Uncut a incorporé dans son EP, deux de ses titres repris en acoustique, histoire de montrer ce qu’ils savent aussi faire en matière de blues.

Sans plus attendre, on vous laisse découvrir l’EP !

Mais qui est Uncut ?

À l’occasion du concert de Klone au Ferrailleur le 12 octobre dernier pour lequel Uncut assurait l’ouverture, nous avons pu les rencontrer et passer quelques temps avec eux. Voici un extrait de notre entretien avec eux.

[…] Qui compose dans le groupe ?

Pablo (batteur) : Les riffs, les squelettes viennent d’Enzo. Ensuite on les joue en répète mais il n’y a encore rien d’écrit. Alexis chante en yaourt pour donner une idée du truc et après on trouve les arrangements sur place ou chez nous. On habite tous à côté, on a deux garages à disposition dans nos collocations respectives pour jouer ! Même qu’avec Alex on a des vélos électriques alors on peut s’arranger facilement. Alex compose aussi, il a fait deux morceaux ou trois sur l’album.

Alex (chanteur/guitare baryton) : Mais il n’y a pas de leader dans le groupe en fait !

Pablo : Inconsciemment, les gens vont prendre Alex comme le leader parce qu’il est au chant, mais dans le projet on est tous les trois compositeurs. Sur les paroles, c’est plus Alex et Enzo qui s’en occupent, moi je parle pas très bien anglais, ça va beaucoup plus vite quand ils s’en occupent.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Enzo (guitare) : Sur Tinder ! (rires)

Pablo : J’ai rencontré Alex un peu avant Enzo, lui avait un groupe avant et je suis allé voir son groupe jouer à Saintes dans un bar, je l’ai vu chanter et j’avais bien aimé, je suis allé lui parler après le concert et on a monté UnCuT. J’ai rencontré Enzo plus tard sur Poitiers, on a pas mal sympathisé puis on fait du son ensemble et on a vu direct que ça marchait bien, qu’on était raccord.  Je lui ai parlé d’UnCuT, on a essayé et nous voilà maintenant réunis tous les trois pour faire du rock !

Qu’est-ce que vous évoquez dans vos chansons ?

Alex : On n’est pas vraiment un groupe à textes. On parle de tout, tout ce qui nous passe par la tête. Ça peut être des chansons de lovers ratés, sur l’indépendance ou même du n’importe quoi sur les dinosaures… Ça varie vraiment. Des choses très terre-à-terre et des trucs burlesques.

Mais dites donc, pourquoi il n’y a pas de bassiste dans votre groupe ?

Alex : Parce qu’il n’y a pas de bassiste dans notre groupe ! Et on ne voulait pas se faire chier, se forcer à faire de la basse pour en avoir une dans nos compos. Je suis guitariste et je me serais ennuyé sinon. On m’a filé un plan de guitare bariton, Aldrick de Klone d’ailleurs que je salue au passage. La guitare baryton est accordées deux tons et demi en dessous d’une guitare standard. Avec quelques bidouillages de splittage de signal et le tout accordé à un ampli basse et un ampli guitare simultanément.

Enzo : Et l’idée de ne pas avoir de bassiste nous plaisait, à la fois dans ce que le son donnait avec sa bariton, mais aussi dans ce que ça casse du code du trio rock « guitare + basse + batterie ». C’est pas qu’on a fait exprès de faire ça de cette manière, c’est juste… « comme ça », en faisant avec les envies de chacun. Ça représentait quand même quelques temps d’adaptation au début, pour trouver notre style avec cette configuration.

Pablo : En fait c’est devenu une force, le fait de se passer de bassiste. Forcément, ça change la manière de composer de notre côté, et pour le public, ça casse les habitudes et ça intrigue.

Romain (ingé-son) : Il y a un côté « revival » dans leur musique que j’essaye de transmettre à travers ma mission. Je suis leur ingé-son. Il y a dans leur jeu un respect des codes anciens du rock, tout en amenant leur côté moderne. Tu sens qu’on est au 21ème siècle avec eux.

C’est quoi votre côté moderne ?

Pablo : C’est dans le jeu. Je sais que j’ai un jeu de batterie moderne, ceux qui m’inspirent sont des batteur des années 2000. Je sais pas comment expliquer ça, cette différence, mais dans mon esprit c’est bien réel. Enzo rapporte plus un côté très 70’s dans son jeu. Alex lui est plus brut, lui c’est le chant, il raconte ce qui lui passe par la tête.

Enzo :  Quand il se met à chanter, tu vois qu’il est sincère, il est pas performer studio, il est live.

Pablo : Le groupe est d’ailleurs plus live que studio. On kiffe la scène, l’énergie qu’on y met.

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.