Programmation Rock en Seine 2018 : 17 nouveaux artistes

De nouveaux noms rejoignent l’affiche !

Le festival accueillera le membre fondateur de Linkin Park, Mike Shinoda et le délirant duo hip-hop-rave sud-africain Die Antwoord ! Mais aussi The Limiñanas, le groupe de rock français qui remplit chaque salle où il passe, ces grands malades de Fat White Family, Tamino, qui, à seulement 21 ans, est LA révélation en provenance de Belgique, le groupe de rock alternatif britannique Wolf Alice. Glass Animals, quant à eux, viendront nous faire savourer leur pop made in Oxford. L’Angleterre qui sera bien représentée également avec Octavian, nouvelle star du rap londonien.

Du côté de l’électro une grande fête nommée Yelle Club Party sera là pour vous faire danser, l’anglais George Fitzgerald, auteur d’un sublime deuxième album chez Domino, ou encore la productrice DJ Sophie.

Cette année encore, plus que jamais, il faudra surveiller de près nos Avant Seine : le jeune groupe rouennais, MNNQNS, qu’on prononce “Mannequins”… The Psychotic Monks, quatuor rock psychédélique parisien… Malik Djoudi, artisan oeuvrant entre la chanson française et l’électro… Ces noms résonneront forts, très forts dans les prochaines années, et dès cet été chez nous, durant trois jours. Des jeunes pousses auxquelles s’ajoutent les bouillonnants bruitistes de Jessica93.

Mais Rock en Seine, c’est aussi du Culte, avec un C majuscule. Cette année, le Domaine national de Saint Cloud accueillera donc les légendaires Attaque 77, groupe de punk rock argentin fondé en 1987. Et pour fêter les vingt ans de leur seul et unique album, Black Star, alias Yasiin Bey aka Mos Def et Talib Kweli avec un live band, sera également de la partie.

Jeunes talents, artistes mythiques… Rock, pop, électro, hip hop… Peu importe le flacon, tant que vous ayez l’ivresse. Rock en Seine, seizième édition, c’est tout cela à la fois, et c’est du 24 au 26 août, aux portes de Paris.

Nathalie

En premier lieu, toute personne qui fait de la musique son sujet principal d’écriture, ne peut être qu’un fan de musique. Cette personne aura été à un moment donné un obsessionnel d’un artiste en particulier. Moi, le virus m’a contaminée à l’âge de huit ans à la première écoute du titre « Liberian Girl » de Michael Jackson. L’usage de l’écriture et la musique sont des formes différentes de partage. Ma passion écrite de la musique, je la partage sur le quotidien Luxemburger Wort (version imprimée et site internet) depuis octobre 2011 et c’est grâce à eux que j’ai pu parler à des légendes comme Joe Cocker, Yes ou les Pixies. Mon plus beau souvenir restera jusqu’à présent ma rencontre avec Depeche Mode, rencontre immortalisée sur le site internet et la version imprimée du Magazine KARMA, trimestriel consacré aux musiques actuelles et distribué dans la Grande Région auquel j’ai contribué de 2013 à 2015. Je suis chez Vacarm.net depuis 2015.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.