fbpx
Vacarm.net
Image default

Hellfest : Dimanche 23 Juin

Jamais deux sans trois, à ce qu’il parait. Troisième et dernier jour du festival de l’enfer, avec une fréquentation un peu moindre en terme de public, il faut dire que l’affiche est un poil moins excitante que les jours précédents (peut-être moins de têtes d’affiche), mais tout de même peuplée de quelques immanquables. La journée s’ouvre sur un temps gris et la fatigue commence à se faire sentir parmi les festivaliers présents depuis le jeudi soir. Les démarches se sont faites plus lentes sur le site, et les quelques uns frais et dispos, sortant de leur douche, font un peu tache face à certains crasseux qui finissent par être couverts de boue. Mais bref, on va pas se laisser abattre.

 

hell23:6 1On commence par aller voir ce qu’il se passe sous la Valley. C’est par là que nous avions commencé la veille, et autant ne pas changer une équipe qui gagne. On assiste donc au show des français de Eryn Non Dae, intéressant mais pas inoubliable. On nous avait conseillé d’aller voir les Haemorrhage, pas spécialement pour la musique mais rien que pour le show. Et en effet, ça vaut le détour. Les espagnols qui livrent aux festivaliers matinaux un grindcore agressif ont un jeu de scène bien à eux, habillés en chirurgiens et couverts de sang, jouant de temps à autres avec des membres amputés en plastique. Épique.
Détour rapide sur les Truckfighters, qui, derrière un nom de Transformers, jouent un set stoner solide sous la Valley. On regarde quelques morceaux avant de partir se prendre une claque par le puissant metalcore de The Ghost Inside, que les américains délivrent aux festivaliers peu nombreux devant la Mainstage 2. Un show tout en puissance.

Suite des événements devant My Sleeping Karma. Le show est définitivement assuré, pointu et carré, sans fausse note : nappes aériennes et psychédélisme enveloppent le public de la Valley. La pression est pourtant trop redescendue après The Ghost Inside pour que l’on apprécie la prestation du combo à sa juste valeur, et on trépigne un peu devant ce concert. Pas grave, c’est l’heure d’aller déguster une nouvelle Tartine de l’Enfer. On continue notre journée devant Pig Destoyer, sans être vraiment emballé par ce déferlement d’ultra-violence des hommes déguisés qui tabassent le public du festival à grands coup de riffs assassins et de double pédale omniprésente. Cela dit avec un nom pareil, c’est sûr qu’il fallait s’y attendre !

 

hell23:6 2

Nouveau retour en adolescence pour la suite du festival : on part voir Mass Hysteria sur la Mainstage 2. Le groupe, bien connu dans les années 2000, revient cette année avec un nouvel album qu’il compte bien défendre sur les scènes des festivals de cette année. Mouss, frontman du groupe, est toujours aussi survolté et le groupe “positif à bloc” passe même un message au Petit Journal, présent sur les lieux, pour que le public montre à l’émission qu’ils en ont marre que les métalleux “passent pour des bouffons”. Trois quart d’heures de communion avec le public, redonnant ses traits de noblesse à un groupe qui ne se laisse pas oublier. Prend ensuite le relai le groupe Newsted, projet solo de Jason Newsted, bassiste de Metallica, qui offre au public de la Mainstage 1 un set thrash fichtrement bien foutu.

 

hell23:6 3On arrive ensuite devant Korpiklaani, sous la Temple, décidément pleine à craquer. Les finlandais délivrent un set folk-métal comme on leur connait bien, accordéons et violons, tout y passe pour un public qui n’a pas été rebuté par les 50 degrés qui semblent régner sous la tente.

Mais tout le festival semble n’être venu voir qu’un seul groupe ce jour là : Gojira. La foule est tout simplement immense devant la Mainstage 1. Le chanteur est beau gosse et les filles se dénudent, devant les français qui présentent un show impeccable, malgré un son qui manque parfois de clarté (ce qui est le risque des concerts en extérieur). Le public est conquis d’avance mais ça n’empêche pas le quatuor d’assurer le show. On continue notre parcours devant une autre tente qui s’est extrêmement vite remplie : le show “surprise” de Down sous la Valley, venu remplacer au pied levé Clutch, qui a dû annuler toute sa tournée européenne suite à un décès dans la famille. On devait s’y attendre, un concert de Down sous une si petite tente, ça risquait d’être blindé, et ça l’était, surtout quand le groupe annonce qu’il va improviser un concert de reprises et de medleys de titres de Pantera, Eyehategod and co… L’organisation en était consciente, mais une annulation comme celle-ci fait partie des aléas d’un festival et, alors qu’ils auraient pu tout simplement ne rien programmer pour remplacer Clutch, l’équipe du Hellfest a saisi au vol l’opportunité proposée par Down de ce show spécial. Phil Anselmo n’a toujours pas décuvé de la veille et est toujours autant survolté. Un show qui restera gravé dans les mémoires.

 

hell23:6 4Autre aléas du festival, Danzig a refusé de joué sur le créneau qui leur été attribué (sur la Mainstage 1 de 00:45 à 02:00) pour des raisons logistiques de billets d’avion, et, au risque de ne pas jouer du tout, a du prendre la place Ghost qui devait jouer sous la Valley de 21:45 à 22:45. À n’en pas douter cela a dû arranger les suédois de Ghost, dont le show s’apprécie d’autant plus de nuit et sur une grande scène. Danzig joue donc sous une Valley une nouvelle fois remplie (mais y a-t-il des scènes vides ?) devant un public qui semble adhérer au concert du groupe.

Pendant ce temps, les Punish Yourself détruisent la Warzone avec leur show complétement déluré, plein de fluo et d’étincelles, et la soirée s’annonce haute en couleurs entre les Punish, Lordi ou encore Ghost, des groupes qui en plus de la musique mettent un point d’honneur à avoir un show des plus visuels. Une incroyable expérience sur la Mainstage pour les Ghost qui se trouvent définitivement parfaitement à leur place.

 

Une fin de Hellfest forte en émotions, comme tous les ans un week-end crevant, mais pour la bonne cause. On est à peine rentrés chez nous que déjà on réfléchit à l’édition 2014, en y allant de nos premières conjectures sur les têtes d’affiche de l’année prochaine. Et on est pas les seuls à attendre cette édition avec impatience : 2500 billets 2014 ont été mis en vente cette année à un tarif préférentiel, billets qui étaient déjà tous écoulés le samedi midi. Une superbe édition donc, comme d’habitude, malgré la pluie qui s’est parfois un peu trop invitée (on ne la remerciera pas de son insistance le samedi). À l’année prochaine !

Temps forts du week-end : Regarde les hommes tomber, une vache entière qui cuit à la broche, tous les concerts de la Warzone le vendredi, les Tartines de l’Enfer, les guitares en carton, les désoiffeurs.
Temps faibles : la pluie, la non-praticité des demi-tokens, la pluie, les américains trop cuits dans du pain dur, la pluie, la foule devant la Warzone le samedi soir.

Vous pourriez aussi aimer...

1 commentaire

Vacarm.net | Art Sonic 2013 31 décembre 2013 at 14 h 24 min

[…] n’avoir manqué que les deux premières chansons de Mass Hysteria. Groupe également vu au Hellfest cette année, nous avons le plaisir de les voir deux fois plus longtemps ce jour-ci. Le groupe n’a […]

Répondre

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.