fbpx
Vacarm.net
Image default

Interview Voight Kampff (Septembre 2013)

Gagnants du tremplin du Motocultor festival (et à juste titre), les bretons de Voight Kampff proposent un thrash-metal conceptuel tout en restant efficace et pointu. Ils ont pris un peu de leur temps pour répondre à quelques-unes de nos questions, à retrouver ci-dessous :

Bonjour, pour commencer, est-ce que tu peux faire une petite présentation du projet pour les auditeurs qui ne vous connaissent pas ?
Salut, nous sommes Voight Kampff, un groupe de thrash de la région quimpéroise.  Notre premier album More Human Than Human est disponible depuis un an sur notre  label « Robot Bleu ». L’album a reçu un très bon accueil et nous a ouvert les portes de festivals comme les Hivernautes, à Quimper, cet hiver, le Hellfest sur la scène du Métal Corner et maintenant le Motocultor, à St Nolff.

Est-ce que tu peux nous décrire votre musique, à quoi ça ressemble, comment ça sonne ?
C’est du thrash que certains qualifieront de techno thrash, un genre qui a connu son heure de gloire dans les années 90 avec des groupes tels que Death, Coroner  ou encore Voivod et qui connait un certain regain d’intérêt actuellement avec Vektor et le retour de Coroner et de Carcass.

Voight Kampff vient de Blade Runner c’est bien ça ?
Tout à fait et plus précisément de la nouvelle de l’écrivain de science-fiction américain, Philip K. Dick « Les Androïdes Rêvent-Ils de Moutons Electriques » parue en 1968. Le test de Voight Kampff est une sorte de détecteur de mensonges utilisé par les blades runners, des policiers en charge du « retrait » des réplicants, des androïdes déclarés hors la loi après leur révolte dans les colonies de l’espace. Nous sommes tous très fans de ce film et de l’atmosphère noire et paranoïaque qui y règne.

Peux-tu nous parler de votre album More human than human ?
Nous l’avons enregistré au Studio 13, à Quimper, en compagnie d’Yvan Le Berre. C’est notre 1er album et nous l’avons totalement autoproduit. De la création des morceaux jusqu’à la pochette, nous avons essayé de tout gérer, excepté le mastering que nous avons confié à Mathieu de Gorod. Nous avons eu de très bons retours dans les webzines et autres ainsi que des parutions dans les magazines Metallian et New Noise. Il nous a permis de faire de belles rencontres et de jouer sur des scènes intéressantes où nous avons pu côtoyer de belles pointures ! Nous nous débrouillons par nos propres moyens et nous n’avons pas de distributeur.  L’album est donc disponible pour, seulement, 6 euros à l’adresse suivante : 67 descente du Cap Coz, 29170 Fouesnant (chèque à l’ordre de Robot Bleu ou par paypal en indiquant l’adresse suivante : voightk@free.fr). La version numérique est disponible pour 3 euros sur bandcamp: voightkampff.bandcamp.com/album/more-human-than-human.

Il y a un concept particulier derrière cet album ?
Tout comme le nom du groupe, le concept de l’album est basé sur l’univers et l’ambiance de Blade Runner et de la nouvelle de Philip K.Dick, sur  la complexité et l’ambiguïté des rapports hommes/robots et de la part d’humanité chez les deux. Le titre de l’album est la devise de la Tyrell Corporation qui est en charge de la conception et de la commercialisation des réplicants. Musicalement, nous avons essayé de recréer une atmosphère en liant les morceaux par des intermèdes accompagnées de samples du film pour apporter une unité et renforcer le concept de l’album.

Quelle place pour le cinéma dans votre musique ?
En fait, ce n’est pas la première fois que nous mélangeons ainsi cinéma et musique. A l’époque où nous jouions dans Darkseid, le concept de la démo était orienté sur les « Trois Mères » du cinéaste italien, Dario Argento.

Hormis cette référence musicale, c’est quoi vos influences ?
Nos influences se situent dans les groupes de thrash/death tels que Coroner, Death, Exodus, Slayer ainsi que dans des groupes plus heavy tels que Maiden ou Judas Priest.

Ça vous a fait quoi de jouer au Hellfest ?
C’était excitant et flippant à la fois mais on a pris beaucoup de plaisir à y jouer et tout s’est très bien passé grâce, notamment, à Kiki, le régisseur du Métal Corner, qu’on tient à remercier particulièrement. On a l’occasion de partager la scène avec nos compatriotes de Pictured et de recroiser Ellipse avec qui on avait joué au tremplin breton du Motocultor. Pour nous, c’est sûr que c’est une chance d’avoir joué là bas, même si on peut émettre quelques réserves par rapport à l’orga et au défraiement. C’est vrai que nous avons eu un pass pour le festival mais nous y avons été de notre poche en ce qui concerne le déplacement et les à-côtés. C’est trop souvent ce qui arrive, malheureusement. Nous n’avons pas l’intention de « péter plus haut que notre cul » et nous savons où est notre place mais le défraiement des frais de route devraient être un minimum et la moindre des considérations envers les groupes. Heureusement pour nous, nous avons tous un job et nous pouvons compenser.

J’ai vu que vous aviez sorti un pack spécial en vinyl, pourquoi ce choix ?
C’est une idée de Mehdi de Hardcore Trooper, un label nantais. On le connait depuis l’époque où nous jouions dans des groupes de hardcore/métal sur Rennes, certains se souviendront peut être de Stormcore, A.W.O.L. ou  Darkseid.  Il avait déjà réédité plusieurs enregistrements de ces groupes en vinyl 10 pouces. Il a carrément accroché à notre album et nous a proposé d’en faire une version vinyl limitée à une cinquantaine d’exemplaires. L’idée nous a tout de suite botté car le vinyl est un format qu’on affectionne particulièrement. Il n’était malheureusement pas possible de loger tout l’album sur les deux faces d’un 10 pouces.  Nous avons donc opté pour une version « cut » de « M.H.T.H.» avec une sélection de 4 morceaux issus de l’album. Vous pouvez vous le procurer en contactant Mehdi à cette adresse : mehdihctrooper@yahoo.fr.

À l’avenir, tu penses que vous allez continuer sur ce concept ?
Il serait réducteur de se cantonner à Blade Runner et au bouquin, même s’ils sont riches en inspiration. Certains textes du prochain album seront basés encore dessus et clôtureront, dans un sens, « M.H.T.H.». Ce qui est sûr, c’est que le concept sera toujours autour de l’ambiguïté de la technologie, de la modernité, du contrôle et de la manipulation…

Justement, quels sont vos projets futurs ?
Nous serons à l’affiche du festival qu’organise Garmonbozia pour fêter ses quinze ans d’existence avec au programme Coroner, Napalm Death, Sadist, Wardruna, Gorod, Benighted, Trepallium…rien que ça ! Pour l’occasion et pour un soir, nous reformerons également A.W.O.L. (KDS revival !). Nous clôturerons notre série de concerts à Brest, le 09 Novembre avec Anthares, Deficiency et Silent Dawn sur l’invitation de l’asso Destrock. Nous pourrons ensuite nous concentrer sur notre prochain enregistrement.

Est-ce qu’il y a un groupe que vous avez adoré pendant le Motocultor ?
En ce qui me concerne, les deux grosses claques du festival ont été Gorod et Dying Fetus. Viendrait ensuite Enslaved, mais ils n’ont pas été épargné par les soucis techniques.

Un dernier mot ?
Merci à toi pour l’interview et à tous ceux qui nous soutiennent. Je vous invite à venir visiter notre page groupe : https://www.facebook.com/robotbleugroupe et à nous faire part de vos réactions. Kenavo !

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.