fbpx
Vacarm.net
Image default

Interview : Joy et Maël de l’équipe organisatrice du Motocultor Festival

Lors du Week-end du Hellfest, nous avons croisé au stand du Motocultor Joy et Maël, de l’association organisatrice du festival, le temps de leur poser quelques questions sur l’histoire du festival, ainsi que ce à quoi nous devons nous attendre cette année.

Bonjour, pour commencer, est-ce que vous pouvez vous présenter ?
M : Le Motocultor est un festival métal, hardcore et punk un peu, et rock, créé en 2007, et open air depuis 2010. Un festival qui a pour vocation à la fois d’amener des groupes internationaux et de promouvoir la scène locale. Et surtout, qui a une bonne ambiance et une taille humaine, et qui se déroule dans le pays de Vannes.

Si vous deviez faire un petit bilan de l’édition 2012, ça serait quoi ?
J : Ça a été une belle réussite. On a fait 100% de plus de fréquentation. 5.000 personnes en 2011, 11.000 l’an dernier. Avec des groupes qui venaient de loin, on a eu 30 groupes internationaux, 12 nationalités représentées sur le festival. Une belle diversité. Des festivaliers qui viennent de plus en plus loin, et on en est très contents. Un bilan positif, on espère cette année que ça continue dans la lancée, pour pouvoir à la suite être sur un site fixe. On améliore les choses d’année en année, des choses qui n’étaient pas présentes sont optimisées.
M : Oui, il y aura plus de points d’eau par exemple.

Donc vous avez un peu appris des choses qui ont pas marché ? Comme par exemple l’année dernière, il y a eu quelques soucis d’organisation à l’ouverture du fest ?
M : On travaille constamment pour s’améliorer.
J : On a fait beaucoup de réunion de travail entre nous, on est discute énormément, pour arriver à répondre le plus possible aux attentes des festivaliers, bien évidemment.
M : Justement on essaie de tout mettre en oeuvre pour que ça marche mieux. On emploie Joy pour s’occuper du festival au jour le jour. Ce n’est pas évident dans des configurations où tout le monde ne peut pas se permettre de travailler au jour le jour sur le festival. On fait le maximum pour que 2013 soit “l’année de la maturité”.
J : Oui, c’est un bel objectif. Qui correspond bien au projet.
M : Enfin maturité, pas dans le côté chiant hein (rires). Dans le côté pro.

Vous avez une programmation qui présente des groupes peu ou pas présents dans des festivals comme le Hellfest, est-ce que c’est un choix, une entente ? 
M : Pas forcément, au final les groupes sont en tournée soit en Juin soit en Août, donc nous on a ceux qui sont en tournée en Août, et le Hellfest ceux en Juin. Les groupes ne tournent pas sur 4/5 mois.
J : Après on essaie de rester éclectiques tout en restant dans la veine extrême. C’est un festival qui s’adresse à tous types de personnes mais le public premier reste un public de connaisseurs. Cette année on a ouvert un peu plus la programmation mais on garde une volonté de rester dans cette identité.
M : On a toujours du death, du thrash, du black, du stoner, du hardcore, etc. On essaie de varier au maximum tout en restant cohérents.

Vous vous sentez en concurrence avec des festivals comme le Hellfest ?
M : Pas du tout, on est plutôt complémentaires.
J : Tout à fait. D’ailleurs les festivaliers souvent vont au Hellfest en Juin et au Motocultor en Août. Après c’est pas le même format, nous on est plus petits et on souhaite le rester aussi. On n’a aucun intérêt à essayer de rivaliser.
M : Le Hellfest nous file pas mal de coups de main aussi, donc ce n’est pas du tout un esprit de concurrence. La preuve, on a un stand ici (rires).

Pourquoi ce choix de changer de site ?
M : On a eu l’opportunité de St-Nolff cette année, qui est la meilleur offre de terrain de tout le pays de Vannes, donc il ne fallait pas passer à côté. Yann, le directeur, s’est même beaucoup battu pour l’avoir. Il y a déjà des points d’eau, d’électricité.
J : C’est un terrain viabilisé, au départ conçu pour accueillir des manifestations culturelles en plein air.
M : Il a été aménagé pile-poil pour des festivals, et il peut recevoir jusqu’à 25.000 personnes par jour.
J : Après, c’est pas un choix délibéré de changer de lieu régulièrement, c’est aussi subi. Une des conditions pour pérenniser le projet est d’avoir un terrain fixe. C’est donc un de nos objectifs pour les années à venir, car c’est complexe de repenser les choses tous les ans quand on change de site. Mais cette année on est très contents d’être accueillis à St-Nolff. On verra ce que ça donne pour le futur.

Comment se passe le boulot autour des visuels ?
M : C’est Slo de Metal Maniax qui s’en occupe. On échange un peu sur les idées et après il nous fait une affiche.
J : Ça fait plusieurs années qu’il bosse avec nous. 3 ans je crois. On est très contents de ce visuel d’ailleurs.

Je suis venu en covoiturage au fest en 2011, et le mec avec moi pensait que j’allais à un festival d’engins agricoles. Mais au final, qu’est-ce qui se cache vraiment derrière le nom du festival ?
M : (rires) C’est l’horreur ça, en 2008 des gens sont venus parce qu’ils croyaient que c’était un salon du tracteur. Derrière le nom, en fait, c’est le nom d’un groupe dans lequel on jouait avec Yann et Julien. C’était un groupe de disco-métal un peu déconne. On a monté un festival pour pouvoir faire tête d’affiche (rires). C’était un groupe pour déconner et donc un nom qui allait avec, sachant que ça reste un peu dans l’esprit du festival puisque chaque année on a des groupes un peu déconne.
J : Toujours garder un esprit un peu décalé.

C’est quoi l’anecdote la plus drôle de l’histoire du festival ?
M : Alors ça c’est une bonne question (rires). Je ne sais pas si c’est vraiment drôle, c’est justement que pendant que en 2007, pendant que le groupe Motocultor jouait …***… Non tu peux pas le mettre ça ! (rires) Attends j’essaie de te trouver un truc que tu peux mettre sur le net. J’ai le temps de réfléchir ? (rires)

C’est quoi votre coup de coeur musical cette année ?
M : Annihilator, sans hésitation.
J : Je suis plutôt Stoner, donc je dirais Ufomammut. Orange Goblin et Crucified Barbara, dans d’autres styles.
M : Mustach aussi, qui font leur première tournée en europe.

À part un aussi beau temps que l’an dernier, on peut vous souhaiter quoi ?
M : Une fréquentation à la hauteur de nos attentes.
J : Oui, déjà, on escompte 4000 personnes par jour.
M : Que les groupes et les festivaliers prennent plaisir à être là.
J : Que tout le monde vive un bon week-end.

Un dernier mot ?
M : Une anecdote rigolote ?
Un truc qu’on peut mettre sur internet (rires).
M : Aller, en 2011, Sodom qui jouent en slip au football avec des bénévoles.

 

Propos recueillis par Colin FAY pour Vacarm.net
Merci à Maël et Joy pour leur temps.

 

.: Motocultor :.

Infos pratiques :
Date : du 16 au 18 Aout
Lieu : Saint Nolff (56)
Programmation : Annihilator, Therion, Exodus, Enslaved, Devildriver, et bien d’autres.

Plus d’infos sur :
Site Officiel
Facebook
Twitter

Vous pourriez aussi aimer...

1 commentaire

Marie-Neige 8 août 2013 at 15 h 12 min

Comme anecdote, en 2011 quand Tyr, le groupe des Iles Féroés, est venu jouer, on a eu des gens qui croyaient qu’ils venaient de Polynésie et qu’ils faisaient du “Haka Metal”. Ça a dû leur faire bizarre quand ils les ont vus sur scène après…

Répondre

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.