fbpx
Vacarm.net
Image default

Retour sur la Route du Rock 2019.

La participation de Vacarm à cette 29ème édition de la Route du Rock n’était pas forcément prévue pour des questions d’agenda, et finalement 2 semaines avant le début du festival, les choses se sont bien goupillées, nous y étions.

Quitte à y aller autant tout faire, la complète comme on dit en Bretagne. Nous avons pour la première fois enchaîné les 3 soirées de concerts au Fort Saint-Père avec en prime, la soirée d’ouverture du mercredi à la Nouvelle Vague de Saint Malo.

||| « Les Femmes s’en mêlent » |||

La Route du Rock a fait le choix de proposer le mercredi soir un line-up mettant en avant la scène indépendante féminine. Quelle merveilleuse idée tant cette scène est actuellement en plein état de grâce avec des artistes comme Julia Jacklin, Aldous Harding, Courtney Barnett, Angel Olsen ou encore Anna Calvi.

La soirée a débuté tout en douceur avec la folk gracieuse d’Anna St. Louis. Auteure d’un album sorti en octobre 2018 sur le label de Kevin Morby et Kyle Thomas (King Tuff). Anna St. Louis nous a rapidement envoûté avec sa voix de velours. Ouvrir la soirée, seule sur scène n’est pas des plus faciles mais Anna St Louis s’en est brillamment sortie, ça nous rappelle d’ailleurs un certain Kevin Morby lors de la RDR d’hiver en 2016.

Anna St Louis

La soirée s’est poursuivie avec Big Thief. En 3 albums (le 4ème est prévu pour octobre 2019), Big Thief s’est forgé une sacrée réputation. Le groupe new yorkais emmené par Adrianne Lenker représente à nos yeux le meilleur de la scène rock/ folk indépendante. Autant dire que l’on était impatient de voir ce que ça donne en live.

Sur scène, le groupe dégage de l’énergie, de l’envie et de la sincérité. Le plus marquant pour nous restera la prestation d’Adrianne Lenker. Son chant, son jeu de guitare et sa présence sur scène nous ont littéralement scotché. Elle est comme incarnée. Malgré certaines mimiques marrantes du batteur, il est difficile pour nous de regarder ailleurs. Cette heure en présence de Big Thief est passée à toute vitesse, seul petit regret mais qui n’en est pas vraiment un, le groupe n’a pas joué l’excellent morceau « Masterpiece ». On se dit que ce sera pour la prochaine car on espère bien qu’il y en aura une ….

Adrienne Lenker (Big Thief)


Pour terminer cette soirée, place à Sharon Van Etten. Elle a surpris tout le monde en début d’année en sortant certainement l’un des meilleurs albums de 2019. Produit par le célèbre John Parish, « Remind me Tomorrow » est plus pop que ces albums précédents et fait la part belle aux claviers et aux arrangements.
Nous avions donc un peu peur que les morceaux de ce nouvel album soient difficiles à faire sonner en live. Après l’enchaînement de « Jupiter 4 », « Comeback Kid » et « No One’s Easy to Love » il n’en est rien, ça sonne plus que bien. La voix de Sharon Van Etten est aussi impressionnante en live qu’en studio, on a même parfois l’impression qu’elle la pousse jusque dans ces derniers retranchements.

Sharon Van Etten nous a donc clairement conquis avec un live magnifique très travaillé mettant en avant son nouvel album sans oublier certains magnifiques morceaux des précédents. Il faut dire qu’elle est brillamment accompagnée par quatre musiciens et une musicienne qui réalise également aux cœurs.

Après cette première soirée mémorable à la Nouvelle Vague, nous avons enchaîné les 3 jours sur le site du Fort Saint Père, voici ce qui nous a la plus marqué.

||| La folie pure d’Idles |||

On avait prédit un show dantesque et bien on l’a eu. En même temps, nous n’avions pas pris trop de risque tant le groupe fait parler de lui pour ses prestations.
Ce n’est pas les nombreuses dates enchaînées cet été qui les ont fatiguées à priori…
Il est 20h30, on vient d’assister à un concert cool mais sans plus de Fontaines D.C. quand déboule sur scène Idles accompagné d’un semi-remorque d’énergie, de rage, de folie et d’amour. Ils ont mis une heure pour vider leur marchandise et on n’en a pas raté une miette. Le public de la RDR nombreux pour un début de soirée est absorbé par la folie punk d’Idles. La poussière se soulève face aux pogos effrénés. Mark Bowen et Lee Kiernan, les deux guitaristes enchaînent les slams laissant même leur guitare au public du premier rang. Les temps morts se font rares, seulement quelques messages d’amour et de paix lancés par Joe Talbot entre les morceaux.
Il est 21h30, c’est la première soirée de concert au Fort Saint Père mais on est déjà persuadé d’avoir assisté au meilleur moment de cette 29ème édition.

Idles

||| Altın Gün, Pottery nous ont fait danser |||

Sur le papier, difficile de trouver des points communs entre Altın Gün, groupe néerlandais jouant de la “Turkish Psych Folk” et Pottery, groupe de canadiens jouant de l’Indie Rock. Et pourtant lors de ces trois jours de festival, ils sont les seuls à avoir réussis à nous entraîner dans une liesse collective malgré la pluie battante.

Tout y était, les sourires, les déhanchés, les regards scintillants, le bonheur de danser, la joie de vivre partagée entre ces deux groupes et le public.

Second point commun entre les membres d’Altın Gün et de Pottery, leur réaction face à cette liesse collective. Ils ont été agréablement surpris, presque étonnés de procurer autant de bonheur avec leur musique. Et pourtant la qualité de leur prestation n’a rien à envier aux têtes d’affiches du festival, les artifices en moins….

A noter également que nous avons vraiment beaucoup apprécié les concerts de Foxwarren et Deerhunter.

Les premiers ont ouvert la soirée du vendredi de 18h30 à 19h10 d’une bien belle manière, jouant les morceaux de leur premier album éponyme, bijou d’indie pop folk qui n’en finit pas de tourner sur notre platine depuis sa sortie. Alors oui ce n’est pas très dansant et le groupe n’est pas des plus loquace mais on s’en moque tant la qualité des mélodies, le chant d’Andy Shauf et les arrangements plein de finesses nous ont régalé les oreilles.

Les seconds jouaient de 19h15 à 20h15 le samedi. Le groupe emmené par l’énigmatique Bradford Cox a su proposer un concert plein de classe à la fois planant et galvanisant. A noter le choix d’une setlist surprenante mais appréciable faisant la part belle au chef d’oeuvre “Halcyon Digest” et ne proposant finalement que 2 morceaux tirés de leur dernier album sorti cette année.

Certes, la météo était maussade au Fort Saint Père mais tant que la Route du Rock proposera des groupes qui nous font oublier la pluie le temps d’un concert, nous continuerons d’y aller avec nos bottes et notre ciré.

A l’année prochaine.

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.