fbpx
Vacarm.net
Image default

S’éveiller avec Jirfiya : interview

Si l’œil était dans la tombe et regardait Caïn, alors Jirfiya nous regarde et compose sa musique. Interview avec un groupe vigilant sur les problématiques de l’époque. Plus que vigilant : alerte. A grand coup de riffs et de grosses caisses. Un bel album, pour d’importants messages. Et vice versa.

En cette période, la première question essentielle : est-ce que ça va ?

Jérôme : ça va bien merci

Comment on sort un album en 2021, sachant qu’on ne pourra le défendre en live avant un moment ? Est-ce que le Covid est là dans un coin de la tête lorsqu’on écrit ? Comment vous vivez cette période entre nouvel album et pandémie mondiale ? Surtout en tant que musicien avec l’éloignement de la scène ça ne doit pas être simple.

Jérôme : Disons qu’avec le confinement on s’est retrouvés à la maison et soit on se mettait à déprimer, soit on se trouvait un objectif et on transformait cette période inédite et tout ce temps libre en créativité. On ne sait pas trop quand les choses vont s’arranger alors on s’est dit que ça ne servait à rien d’attendre pour sortir l’album et que peut-être quelques personnes seraient heureuses de découvrir de la nouvelle musique. Aucun texte ne parle du Covid, la pandémie a seulement accéléré le processus d’écriture. C’est certain, on adorerait répéter et jouer en live mais tout le monde est dans ce cas, même des groupes pro qui ont besoin de tourner pour vivre alors on ne va pas se plaindre.

Vous avez enregistré ça quand du coup ? Dans quel studio ?

Jérôme : On a enregistré après le premier confinement au Hybreed Studios.

Comment s’est passé l’enregistrement ?

Très bien ! On avait eu le temps de bien se préparer et puis on avait déjà enregistré là-bas notre premier Ep alors on savait à quoi s’attendre. Andrew, l’ingénieur du son, a parfaitement saisi le son qu’il nous fallait, on n’a pas hésité une seule seconde à y retourner pour cet album, on se sentait vraiment en confiance.

Quelles sont vos inspirations sur cet album ?

Les inspirations sont très variées, les morceaux traitent de sujets qui nous touchent ou nous révoltent. On parle aussi bien d’écologie, du sort des migrants, de sectes, de guerres de religion, ou du sort des femmes au Salvador. Pourquoi tel thème plutôt qu’un autre ? Je ne sais pas, au moment d’écrire les textes je vais découvrir des sujets aux informations et éprouver le besoin d’en parler.

Commençons par le premier morceau : comment vous est venue l’idée d’ouvrir sur une guitare sèche avec des sonorités un peu orientalisantes, espagnoles ?

L’idée était d’apporter du contraste au morceau, je pense que grâce à cette intro, quand le chant démarre il y a plus d’impact. Quant au style joué, je me laisse porter et ça sonne comme ça, je n’ai pas vraiment d’explication, je joue plutôt intuitivement !

Comment vous vous répartissez pour le chant, entre les deux voix ? Car dès le premier morceau on a deux chanteurs qui entrent en piste !

De manière générale Ingrid pose sa voix sur les maquettes et ensuite on réfléchit si on y ajoute ma voix ou pas. L’idée n’est pas d’en faire une recette mais d’apporter un plus au morceau ou à un passage. “Silently” est une exception, on avait prévu dès le départ, il me semble, que je démarrerai pour apporter le punch qu’il fallait aux paroles.

D’ailleurs : pourquoi écrire en Anglais ?

J’avoue que la plupart de nos références sont des groupes anglophones donc il nous paraissait logique d’écrire en anglais. J’ajouterai que je trouve difficile de faire sonner le français dans le Metal et le Rock et j’ai beaucoup d’admiration pour les groupes qui y arrivent parfaitement et qui l’assument.

Je reviens sur “Silently” ! intéressant comme nom pour un premier morceau : le silence, et bam la batterie part !

Je n’avais pas pensé à ça ! On a choisi le titre car il représentait bien le texte du morceau : le fait que ces femmes au Salvador, victimes de l’injustice et de l’horreur mourront « en silence » si personne ne se bat pour elles. Connais-tu d’ailleurs leur histoire ? Au Salvador, l’avortement est interdit, les femmes suspectées d’avortement en cas de fausse-couche risquent la prison à vie, parfois même sans réelle preuve. Il y a des dizaines de femmes enfermées encore aujourd’hui.

Le second morceau parle de la « frontière » : c’est un acte politique ? De parler de la situation des exilés ? Ou pas du tout ?

Le morceau traite du fait que nous, Européens, sommes nés « du bon côté de la frontière », et nos générations ne connaissent pas la guerre, préfèrent ignorer ce qui se passe dans le monde et ignorer les appels au secours d’humains quittant leur pays pour survivre. Si on était nés de « l’autre côté de la frontière » peut être verrions nous les choses autrement. L’idée du texte m’est venue en voyant des images des gardes côtes Grecs tirer sur des bateaux de migrants pour les forcer à faire demi-tour. Le final du morceau commence par « Quel genre d’humains sommes-nous devenus ? »

« Live With That Voice », de qui parlez-vous exactement ? Qui a envoyé ces soldats à la mort ? Et l’œil était dans la tombe et regardait… qui ?

Ce morceau parle de leaders politiques qui envoient à la mort leurs soldats au nom d’une cause « « supérieure », alors que c’est pour assouvir leur soif de pouvoir et de conquête. On a imaginé que les voix des morts reviendraient tôt ou tard les hanter la nuit jusqu’à leur faire perdre la raison.

C’est quoi la suite après l’album ?

Bonne question… c’est difficile de prévoir quoi que ce soit avec la situation actuelle. On a pris le risque assumé de sortir notre album en cette période, mais c’est difficile de le faire exister, nos moyens et nos possibilités sont très limitées. On verra comment évoluent les choses.

Est-ce que vous avez des pistes de concerts ou des petites choses live de prévues ? Même en ligne ?

On va faire des sessions acoustiques type « live at home » très bientôt. On a des tas d’idées !

Un grand merci à Jérôme de Jirfiya pour cet échange !

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.