fbpx
Vacarm.net
Image default

Report Cadillac à la Cigale (Paris) le samedi 23 février 2019

Samedi 23 février 2019, évènement de taille pour tous les parisiens mordus de l’ovni musical Stupeflip puisque la tournée du patron de la menuiserie et compère de King Ju, Stéphane Bellenger a.k.a Cadillac a.k.a c4di114c, dont le premier album solo Originul est sorti le 16 novembre 2018, passait par la Cigale.

Raconter un concert de Cadillac n’est pas chose facile. Les initiés ne seront pas forcément d’accord avec moi ou trouveront sûrement qu’il manque une foule de détails et les non initiés s’arrêteraient peut-être de lire au public qui scande “je suis débile” en soupirant et se disant que jamais ils n’écouteront un truc pareil. A ces derniers, j’ai envie de dire écoutez “Game Over”. Grâce à Cadillac je n’imagine plus mes parents dans un vilain cercueil mais dans une jolie cabane en acajou. C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup (de l’art et la manière de rebondir pour ne pas plomber l’ambiance!).

Revenons à nos moutons. 21h00, les lumières s’éteignent, la salle entière, archi-comble, scande “Crou Crou Crou”. Derrière la fumée qui envahit la scène apparaît un chanteur, au visage caché par le masque en demi-lune de Cadillac qu’il ne quittera pas. On croit dans un premier temps qu’il s’agit de l’artiste en personne, mais c’est en fait son acolyte, le mystérieux Trifouille 1er, qui accompagnera Cadillac toute la soirée sur scène. Il déclame le speech sur Casimir tiré de “Ouest region’s inquisitor”, la track finale de Stup Religion, le 2e album studio de Stupeflip sorti en 2005. “un jour avec mon père on est allé voir un spectacle, le spectacle de Casimir, après comme ça pour voir on est allé voir si y avait pas Casimir qui signait des autographes et qu’est ce que j’ai vu pendu au mur accroché sur son cintre ? Casimir. Il était vide, il était creux. Papa : “écoute c’est un monsieur qui rentre dans Casimir”. Quoi ? un monsieur qui rentre dans Casimir ? mais qu’est ce que c’est que ces conneries papa ? La dernière phrase est répétée plusieurs fois. Une grande partie du public connaît ces répliques par coeur. Tellement de choses dans ces quelques phrases, on pourrait disserter pendant des heures sur cette “anecdote”. C’est là le pouvoir du Crou (ceux qui ne savent pas ce que signifie Crou je vous laisse chercher sur Google !), aborder des thèmes d’une grande profondeur avec des mots ou des expressions en apparence tout simples.

Dans une lumière rouge sang le concert commence, le guitariste et le bassiste arrivent de part et d’autre de la scène, musique, grognements, Cadillac (le vrai cette fois ?) débarque, casque de chantier sur le crâne, faux yeux exorbités, chevelure hirsute, et attaque avec “C Guignol” et sa ligne de basse bien grasse. Commence alors une impressionnante communion avec le public qui connaît chaque parole de chaque chanson par coeur. “C’est Guignol c’est Guignol qui t’fout des grandes torgnoles” est hurlé par un public chaud bouillant dès la première minute de concert. Avec “Débile”, l’ambiance monte d’un cran, la salle entière ponctuant chaque phrase chantée par un tonitruant “je suis débile”, je m’y mets aussi, c’est très contagieux tout ça ! MC Salò, un autre membre du crou Stupeflip, ajoute encore à l’étrangeté de ce concert avec ses gants, sa cravate et une abondante chevelure lui masquant le visage qu’on n’apercevra pas de la soirée. Tenues de scène, lumières incroyables, gestuelle, tout est fait pour rendre ce concert inoubliable. J’ai l’impression d’être dans une sorte de dimension parallèle. La ferveur du public est absolument incroyable. On peut dire que je suis une habituée des salles de concerts mais il ne s’agit pas ici d’un spectacle comme les autres. On a plus l’impression d’être au sein d’une communauté avec ses codes, ses rituels, venue oublier la réalité l’espace d’une soirée avec Cadillac et les autres lapins (le surnom donné aux fans de Stupeflip). Les slammeurs s’en donnent à coeur joie et le pauvre gars de la sécu ne sait plus trop comment gérer la chose.

Les titres s’enchainent sans aucun temps mort, après “l’Umour Fou”, Cadillac va “présenter l’orchestre” avant d’attaquer “Fer” et un pot-pourri Stupeflip, l’occasion de constater à quel point le truc est vivant dans les têtes des adeptes qui connaissent tous les couplets par coeur. Il se saisit de temps en temps de sa guitare électrique pour se joindre aux bassiste et guitariste stoïques en fond de scène sous leur cagoule alors qu’il doit faire dans les 40° dans la salle et le concert prend parfois des sonorités très punk/rock. Après “Originul” le groupe disparaît.

Après une courte pause, c’est King Ju en personne qui débarque sur la scène de la Cigale. La fosse entière en un seul mouvement se rapproche de la scène et frise le délire. Démarre un échange entre King Ju et le public, Cadillac grogne ou pousse des cris de singe pour un moment vraiment incroyable que je suis bien en peine d’expliquer, c’était à vivre tout simplement, le public s’époumone a cappella sur “Stupeflip vite !!!” : “Le truc est vivant dans les têtes même s’il est cramé dans les Fnac, tu l’as séquestré, baillonné, ligoté …” King Ju arbore un vilain tee-shirt blanc sur lequel le mot “humilié” est écrit et barré tout simplement au feutre noir et porte son fameux bonnet percé de deux trous lui couvrant la moitié du visage.

King Ju s’apprête à partir, ce n’est pas un concert de Stupeflip après tout, Cadillac lui propose de chanter sur la chanson suivante, il préfère emprunter une guitare pour mettre un peu de boxon avant de s’éclipser après avoir promis un nouvel album de Stupeflip, un jour…

Ambiance macabre et moment fort du concert avec la terrible “Game Over”, Cadillac étreint les slammeurs qui montent sur la scène, bah oui il est “doux comme un agneau” en vrai.

Vient le moment de “Rétroviseur”, incroyable comme cette chanson parle à la quinqua que je suis “la vie qui recule dans le rétroviseur”, pfff quel talent ce Cadillac ! je rappelle que le Monsieur a composé seul Originul et que l’album regorge de pépites. “SPDC”, vraiment très rock, puis la magnifique “Ego Slave” viennent conclure cette folle et étrange soirée.

Stéphane Bellenger est une définition de l’artiste à lui tout seul, performer, dingue, génial, surprenant, dérangeant, innovant … ça fait du bien de se prendre une claque artistique, MERCI Monsieur Cadillac ! Notons que le bougre n’est pas sorti de son personnage une seule fois, le spectacle est rodé et l’enrobage bordélique de la chose n’empêche en rien les musiciens comme les chanteurs de délivrer une performance maîtrisée et jubilatoire.

Lorsque les lumières se rallument, c’est sur “Le Chasseur” de Michel Delpech que le public quitte la salle à regret. Les meilleures choses ont une fin mais Cadillac revient très vite près de chez nous, le samedi 23 mars aux Cuizines de Chelles (77), samedi 25 mai au festival “Sur les Pointes” à Vitry-sur-Seine (94) et en fin d’année, le jeudi 7 novembre, à l’Elysée Montmartre. Pas mal d’autres dates en France, si vous avez envie d’être surpris, de vibrer, de crier, de rire, de pleurer, de vous sentir VIVANT, courrez prendre votre ticket magique pour accéder à la dimension Cadillac.

Un immense merci à Marion de Ephélide pour l’accréditation !

Set-list : C Guignol – A.k.a + The Cadillac Theory – Débile – Zoo – Limaces – Coca Cola – Mécanique – L’Umour Fou – Fer + Stupeflip Pot Pourri – Originul – Game Over – Rétroviseur – SPDC – Ego Slave

A noter les deux belles surprises en première partie, Venus VNR et FAIRE, qui n’ont eu aucun mal à chauffer la salle, Venus VNR avec sa pop et son humour et FAIRE avec sa gaule wave !

Vous pourriez aussi aimer...

2 commentaires

Alexandre Vergne 12 mars 2019 at 16 h 38 min

Wa.
Un des meilleurs articles sur un concert de Cadillac que j’ai lu… non c’est le meilleur que j’ai lu. J’avais pu couvrir celui de Bordeaux qui était déjà incroyable mais là celui de la Cigale avaig l’air unique
Les photos sont magnifiques, quel objectif avez vous utilisé?

Répondre
Catherine Alberola 12 mars 2019 at 20 h 53 min

Merci beaucoup ! J’ai utilisé un 70-200 ouverture 2.8. C’était vraiment une soirée incroyable. Je retournerai voir Cadillac c’est certain !

Répondre

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.