fbpx
Vacarm.net
Image default

Lucifer – Lucifer III

Figure montante de l’écurie Century Media, Lucifer ne déroge pas de sa trajectoire avec un troisième opus aussi sulfureux que furieusement retro. L’écoute de leur nouvel album est une plongée abyssale dans un univers fait de démons et de fantômes, qu’il serait difficile de réduire uniquement à l’inspiration de Tony Iommi. Lucifer III est un album globalement réussi, accrocheur et qui séduira les amoureux de heavy metal old school.

La formation multiplie les changements de line-up et, pourtant, son empreinte musicale reste inchangée. Si Johanna Sadonis, à la voix intense, reste la seule membre du projet originel, Nicke Andersson (The Hellacopters, Entombed…) à la batterie avait déjà participé à l’enregistrement du deuxième album. Deux nouveaux guitaristes (Martin Nordin et Linus Björklund) ont rejointle groupe en 2018 et Harald Göthblad, à la basse, l’année suivante. Le retour en studio, directement chez Nicke Andersson (Honk Palace à Stockholm), semblait donc inévitable pour retrouver un nouveau souffle et une profondeur de répertoire, sachant que Lucifer n’a cessé de se produire ces deux dernières années dans les salles les plus sombres d’Europe, d’Amérique et même du Japon. Lucifer III est un album à la formule simple, épurée et qui semble presque aseptisé à la première écoute. La production est (un peu trop) propre, ne laissant pas nécessairement transpirer les fondements doom du groupe, mais laisse la part belle à la voix de Johanna Sadonis et à des guitares flamboyantes.

Le ton est donné avec un premier single, dès l’entame de l’album, “Ghosts” où des guitares à la forte reverberation trouvent un écho dans une batterie claquante. Si le tempo n’est jamais très élevé, ou si le groupe semble toujours sur la retenue, c’est pour mieux nous surprendre par l’intensité de ses performances live. En effet, derrière cet aspect polissé, on trouve des riffs franchement bad ass. Il suffit d’écouter “Midnight Phantom” ou “Coffin Fever” pour s’en convaincre. Mieux encore, Lucifer déploie une certaine élégance dans ses compositions. “Pacific Blues” et “Leather Demon” retiennent particulièrement notre attention pour leur équilibre, tout comme ce gratifiant hymne dédié à notre maitre à tous, “Lucifer”. L’inspiration heavy rock portée par Blue Oyster Cult ou Steppenwolf est à l’oeuvre sur le revigorant “Flanked by Snakes” ou le magnifique solo de clotûre de “Cemetery Eyes”.

Une nouvelle fois, Lucifer fait mouche, avec un album hommage aux années 70, mais aussi un univers bien construit.

.: Tracklist :.

  1. Ghosts
  2. Midnight Phantom
  3. Leather Demon
  4. Lucifer
  5. Pacific Blues
  6. Coffin Fever
  7. Flanked by Snakes
  8. Stay Astray
  9. Cemetery Eyes

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.