Vacarm.net
Image default

Chronique : The Sexopath – In Fuck we Trust

thesexopath-infuckThe Sexopath débarque avec son premier album, In Fuck we Trust. La messe est dite. Formé quelque part dans le sud de la France, le quatuor écume les scènes du coin depuis 2006 afin de distiller un punk-rock cradasse, à l’ancienne. Sans prétentions autres que celles de s’affranchir d’envolées survoltées, le quatuor livre douze morceaux qui tapent du pied et suintent le houblon.

The Sexopath se branle probablement des apparences et du bon-goût. Fiers représentants d’un rock’n’roll burné qui balance la sauce, le groupe pose sur son flyer de présentation coiffé de packs de Kro. La classe à l’américaine. Le quatuor n’est pas là pour titiller la nouille des intellos progeux et autres hipsters du mathcore. Leur musique résonne comme un exutoire, un besoin de libérer les watts avec urgence, dans la sueur et la moiteur des rades dégueulasses. The Sexopath sonne live, authentique, rock’n’roll. In Fuck we Trust se profile à ce titre comme une pure résurgence du punk eighties, époque où les groupes se fichaient bien de pro-tools et des productions nickel-chromes. En douze compos rageuses et énergiques, le groupe affirme son style et fait preuve d’une technicité particulièrement affutée. Car si les morceaux semblent presque enregistrés en « one-shot », The Sexopath connait sa grammaire sur le bout des doigts.

Le quatuor fait dans le punk dur, mais jamais mal fagoté. The Sexopath joue vite, fort et bien. Vraiment bien. Les musiciens visent en effet un peu plus loin que le rock bas du plancher et pose sur bandes un album mélodiquement très varié, bardé de compos bien équilibrées qui lorgnent parfois vers le côté expérimental et bruitiste d’un Sonic Youth des premières années. Une influence qui se fait indiscutablement ressentir dans le partage et les superpositions des chants. Le groupe affiche une certaine aisance à mélanger les lignes vocales – deux chanteurs, une chanteuse, trois timbres arrachés – sans perdre en cohérence ou fluidité. Les jeux de ping-pong vocaux insufflent même un dynamisme appréciable aux tricots de guitares déroulés en support. Du tout bon.

In Fuck we Trust est une excellente surprise. La prod’ roots de du disque colle parfaitement à la politique The Sexopath : la musique se vit avant tout dans l’instant unique du live. A la maison, leur son cogne néanmoins déjà bien efficacement. Il serait idiot de se priver de cette sympathique découverte.

.: Tracklist :.

01. Mon chien a un bon sens de l’humour
02. Your hate is my fuel
03. Who drove my car ?
04. One track mind
05. Jesus, pay your slate !
06. Piss and luv
07. My donkey
08. Seventy six
09. The Sexopath
10. Propulsive dynamics of multi-negative self-destruction
11. In fuck we trust
12. Dolphin steak and turtle pie

1 commentaire

Pierre 28 janvier 2016 at 18 h 59 min

Complètement d’accord. Cet album devrait bénéficier d’une très bonne distribution. Il y a de la rage, du niveau, c’est du très très bon rock’n roll. Ecoutez le aussi sur Deezer!

Répondre

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.