Report Ministry / Shaârghot / Treponem Pal à l'Elysée Montmartre le 13 juillet 2018 - Vacarm.net
Vacarm.net
Image default

Report Ministry / Shaârghot / Treponem Pal à l’Elysée Montmartre le 13 juillet 2018

Vendredi 13 juillet, direction l’Elysée Montmartre pour une soirée 100 % metal indus concoctée par Garmonbozia. A l’affiche, Treponem Pal, Shaârghot et Ministry, trois groupes ne faisant pas dans la dentelle. La soirée s’annonce chaude, très chaude. Malheureusement, effet vacances peut-être, la salle n’est pas remplie.

Remplaçant en dernière minute le groupe Grave Pleasures initialement annoncé, Treponem Pal ouvre les hostilités avec son metal indus froid dans lequel je dois avouer que j’ai un peu de mal à entrer. Mais il faut admettre que Marco, le frontman, lunettes noires et bandana sur le crâne, pas très bavard ni souriant, en impose. Rappelons que le groupe, pionnier du metal indus en France, a sorti un album fin 2017 pour fêter ses 30 années de carrière, le bien nommé “Rockers’Vibes”, et a déjà partagé l’affiche avec Ministry en 1992, au festival Lollapalooza aux Etats-Unis. Du line-up d’origine il ne reste que Marco mais la formation actuelle, vue également au Download festival le mois dernier, donne une impression de cohésion et les musiciens ne sont pas effacés derrière le frontman. Du dernier opus, le groupe n’interprétera que “Planet Claire », une reprise des B-52’s, privilégiant, pour cette courte set-lit, les grands titres de son passé. Un set rapide et efficace devant un public encore clairsemé et un groupe qui n’a décidément pas encore dit son dernier mot.

Setlist Treponem Pal :

  • Out of Reach
  • Planet Crash
  • Pushing You too Far
  • Psycho Rising
  • In Out
  • Planet Claire
  • Excess and Overdrive

C’est au tour du groupe d’electro punk metal Shaârghot, dont j’ai eu le plaisir d’interviewer le frontman il y a quelques mois, d’occuper la scène de l’Elysée Montmartre. Beaucoup d’idées, de recherche, de maquillage pour offrir au public parisien un véritable show, difficile à photographier certes mais bouillonnant et ne donnant pas une impression de déjà vu. Les membres du groupes sont peints en noir et porte des accessoires les rendant méconnaissables. Le bassiste serait une authentique femme à barbe, le performer/souffre douleur du groupe se laisse malmener à l’envie, le frontman multiplie les contacts avec le public, les barbouillant de noir au passage et le public, venu nombreux pour Shaârghot, se laisse emporter par cette joyeuse folie. Shaârghot signifie, dans un langage runique mystérieux, « celui qui apporte le chaos », le ton est donné ! Le Shaârghot est un humain ayant muté après une expérience scientifique qui a foiré dans un monde cyber punk, futur au notre. Pour faire court, il ne reste que la partie malade de son cerveau, il a foutu un merdier incroyable avant de se tirer pour vivre principalement dans les souterrains de la cité où il a commencé à se créer plein d’autres petits copains comme lui en leur inoculant son sang, couvrant ainsi leur peau d’un parasite noir. Un vrai scénario de film ou de BD à partir duquel le groupe crée un spectacle qui va retourner le public de l’Elysée Montmartre.

Côté set-list, des classiques du groupe comme “Uman iz Jaws” et” Traders Must Die” et des titres du dernier EP “Kill Your God” et  “Break Your Body”, le tout interprété à un rythme effréné et dans un joyeux bordel. Une fin de concert magistrale avec un slam du frontman jusqu’à la porte de sortie de la salle. Franchement, chapeau bas pour la prestation ! Un groupe de metal débordant d’idées et d’enthousiasme à suivre de très très près. Le message du groupe c’est « laissez le monde réel derrière la porte, bienvenue chez nous et pensez à autre chose ». Mission accomplie !

Setlist Shaârghot :

  • Black Wave
  • Uman iz Jaws
  • Mad Party
  • Kill Your God
  • The Way
  • Traders Must Die
  • Doomsday
  • Break Your Body
  • Azerty

Après cette excellente première partie de soirée, c’est au tour de la tête d’affiche de prendre possession de la scène, sur les deux côtés de laquelle trône un immense volatile gonflable porteur d’une croix gammée barrée et affublé d’une coiffure évoquant le dernier président des Etats-Unis. C’est assez moche il faut bien le dire ! Si Ministry a repris du service et sorti son dernier album Amerikkkant, c’est à cause du choc causé par l’élection à la tête de cette énorme puissance que sont les Etats-Unis d’un homme prénommé Donald. Comme quoi tout est possible en ce bas monde (qu’un président s’appelle Donald hein ! pas que Ministry sorte un nouvel album !). Le concert démarre avec une projection de vidéos du président des Etat-Unis sur écran géant, le ton est donné ! Al Jourgensen, artiste engagé, montre clairement que Trump n’est pas son président. Affublé de lunettes noires, d’un gilet en peau de mouton, plus piercé et tatoué que jamais et plutôt en forme il faut bien le dire, Al est malheureusement caché par un pupitre et un micro très imposant. Ne pas se dévoiler tout de suite semble être le mot d’ordre, Sin Quirin (guitare) a le bas du visage caché par un bandana, Tony Campos (basse) est enfoncé sous sa capuche et Cesar Soto (guitare) a le visage dissimulé par un masque de Guy Fawkes. “I Know Words”, “Twilight Zone” et “Victims of a Clown”, trois titres engagés tirés du dernier opus Amerikkkant, ouvrent les hostilités. Al joue de l’harmonica, de la guitare, occupe la scène, communique avec le public, il est en grande forme ce soir ! C’est une sacrée personnalité et j’ai beau avoir l’habitude de me trouver dans le pit photo et de la proximité avec les artistes, je suis impressionnée. La fosse est en folie, les slams s’enchaînent et la bière coule à flot. Ministry va assener son metal indus pendant une heure trente avec, pendant le dernier tiers du concert, une succession de titres de la première heure (voir set-list) et un vent de folie souffle sur l’Elysée Montmartre. Pas de doute, l’élection de Donald Trump aura eu cela de bon qu’elle aura reboosté Al Jourgensen et de cela on ne s’en plaindra pas. Quelle soirée !

Ce concert en plein mois de juillet est un véritable cadeau pour les amateurs de metal indus. Trois groupes aux personnalités différentes mais au son bien lourd, rendant encore plus torride cet été qui voit le thermomètre s’affoler.

Set-list Ministry :

  • I Know Words
  • Twilight Zone
  • Victims of a Clown
  • Punch in The Face
  • Senor Peligro
  • LiesLiesLies
  • We’re Tired Of It
  • Wargasm
  • Antifa
  • Just One Fix
  • NWO
  • Thieves
  • So What
  • Bad Blood (rappel)

Un immense merci à Tangui de Garmonbozia pour l’accréditation !

 

 

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation en vous proposant les meilleurs contenus possibles. J'accepte En savoir plus