fbpx
Vacarm.net
Image default

SNA-FU – Knives & Bells

sna-fu-knives-bellsSNA-FU est probablement l’un des meilleurs groupes de scène qui nous aura été donné de voir. Pourtant, la formation parisienne connue pour ses méfaits sur scène, péchait jusqu’à présent par sa capacité à livrer des efforts studio peu abordables. Trop bruts, trop denses, trop au taquet tout le temps, les deux précédents albums étaient en quelque sorte victimes de leurs supports : passé l’étonnement d’une gifle bien placée, l’énergie des concerts peinaient à être pleinement retranscrite sur CD. C’est sans compter cette troisième passe. Knives & Bells est un album qui, sans renouveler le style bien marqué de la formation parisienne, marque l’aboutissement d’un travail entamé depuis bientôt 10 ans et concrétise les sous-entendus « pop » des deux précédents opus.

Jeunes trentenaires, les membres de SNA-FU ont été bercé dans l’électricité de Refused et la désillusion des 90’s, époque musicale bâtarde qui vit l’étincelle du grunge s’éteindre dans un star system noyant la créativité dans un trop plein de soupe calibrée pour l’efficacité. SNA-FU se joue du rendement et de cette productivité attendue en délivrant une musique imprévisible qui multiplie les pieds de nez à l’easy listening. On pourrait penser trivialement que l’enchainement de ces riffs endiablés ne serviraient qu’une simple explosion d’énergie ou la vulgaire volonté de développer une musique toute en puissance. Il n’en est rien car SNA-FU nous livre ici une œuvre rococo, faite de fioritures et de digressions bruitistes qui déséquilibrent de manière systématique la cohérence d’un couplet / refrain bien calibré. SNA-FU multiplie les références, à ses premiers albums comme aux œuvres qui l’ont marqué. A ce titre, la guitare qui introduit « Furious & Fast », avec ses accents nasillards de vieille console de jeu vidéo, nous rappelle que les parisiens sont des adeptes de la culture geek.

SNA-FU aime jouer avant-tout une musique paradoxale. Ce rejet d’une musique trop simple trouve un écho fort avec « You Don’t Like This Song », titre incontournable de Knives & Bells, au message qui penche entre humour et nihilisme. Le paradoxe est double. Pourquoi ce chanteur s’efforce-t-il à tenter de nous persuader que nous n’aimons pas ce morceau ? On l’adore, son refrain est imparable ! Et puis, pourquoi ce morceau termine-t-il dans un autodafé de saturation, alors que groupe nous offre probablement la composition la plus soft de son répertoire, avec une mélodie s’approchant à la limite du pop-punk ? Il parait que les mythes naissent de la destruction. SNA-FU dévoile une nouvelle cosmogonie en recréant perpétuellement, de manière cyclique, son univers à chaque nouveau morceau. Ainsi, la batterie sur « Clairvoyant », l’autre pièce maitresse de Knives & Bells, danse avec la mort et s’emballe à la limite de l’incontrôlable pour prendre de l’ampleur à l’approche du refrain. La mélodie du chant pop agit comme un baiser fatal.

Le reste du temps, Knives & Bells, est un éloge au mouvement, un album de rock qui s’amuse à prendre l’auditeur à contre-pied en multipliant les feintes de corps dans l’ultime objectif de construire une œuvre baroque. SNA-FU veut nous faire bouger, pas comme une masse uniforme, mais comme des électrons libres qui s’entrechoquent. Et, ce n’est ni de manière protocolaire, ni en utilisant des formes convenues que les parisiens arrivent à ce résultat. « I Hate Berlin » est une lente montée en puissance, « Deadosaurs » alterne entre tension et relâchement, « That’s all I Got » et « Rising » multiplient les break et « I’ll give you money » est une vaste dé(con)struction.

En un mot, on adore cet album ! En quelques jours, on a dû écouter plusieurs centaines de fois « You don’t like this song », suivi de « Clairvoyant » et entrecoupé de « That’s all I got ». Et puis, on s’est promis d’arrêter, mais on a recommencé !

.: tracklist :.

1. Furious & Fast
2. You don’t like this song3. That’s all I got
4. I’ll give you money
5. I hate Berlin
6. Gangs
7. Serial Deaths Lane
8. Catrina
9. Clairvoyant
10. Deadosaurs
11. All in
12. Rising

Vous pourriez aussi aimer...

3 commentaires

SNA-FU Grand Désordre Orchestre 15 janvier 2014 at 16 h 01 min

Hello
Merci pour cette chronique Erwan !

Pour les petits curieux voici le deuxième extrait disponible “You Don’t Like This Song” estrait de notre nouvel album KNIVES & BELLS
https://soundcloud.com/sna-fu/youdontlikethissong
Lachez vos comz les kidz !

Et pour précommander le bordel c’est par là
https://snafugdo.bigcartel.com

See you in the pit !
SNA-FU GDO

Répondre
Vacarm.net | Sna Fu – Catrina 18 février 2014 at 10 h 58 min

[…] clip magnifique pour illustrer le titre « Catrina », extrait de l’album Knives & Bells. Le groupe parisien organise la soirée de lancement de ce nouvel essai, jeudi au O’Sullivans […]

Répondre
Vacarm.net | Télécharger l’EP « Orange » de SNA FU 22 mars 2014 at 13 h 38 min

[…] A l’occasion des 10 ans de la sortie de leur premier essai, les membres de SNA FU Grand Désordre Orchestre nous offrent l’intégralité de l’EP Orange en téléchargement gratuit. Une débauche d’énergie dont la source n’a pas tarie lorsque l’on porte une oreille à leur troisième album récemment sorti, Knives & Bells. […]

Répondre

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.