fbpx
Vacarm.net
Image default

SHY, LOW : nouveau clip “Umbra”

Shy, Low sont de vrais maîtres dans l’art exquis des contrastes frappants et des dynamiques larges, des crescendos délicats à la puissance grandiose du riff… un art qui se trouve au coeur de chaque disque de rock instrumental exceptionnel.

Le groupe de Richmond, basé en Virginie, propose un album absolument incroyable et épique débordant de créativité, de groove, de lourdeur, un disque complexe et mature, et en même temps un hymne glorieux.

La cinématique est entièrement autoproduite, le premier clip vidéo pour le titre “Helioentropy”, présenté en avant-première au Roadburn Redux cette année.n’était qu’un avant-goût du 5e album studio.

Enregistré, mixé et produit aux Vudu Studios à Long Island, NY par Mike Watts (The Dillinger Escape Plan, GlassJaw, Hopesfall, Tides of Man), l’album reprend des éléments des époques précédentes du groupe mais s’aventure également sur de nouveaux territoires. Le résultat est un album plus lisse, plus moderne, stratifié et tridimensionnel.

“La recette pour y parvenir a commencé par beaucoup de pré-production de notre côté”, commente le guitariste Zak Bryant.
“Nous avons fait une démo de l’ensemble de l’album à la maison avant d’entrer en studio, retravaillant certaines chansons plusieurs fois avant de les considérer comme terminées. À partir de là, c’est Mike (Watts) qui s’est chargé de la production.

Après avoir écouté son travail avec des groupes comme O’Brother, Lume, Glassjaw, et d’autres, nous avons beaucoup apprécié les sons de batterie qu’il a obtenus. ainsi que son oreille pour l’équilibre général du mixage et de la production”. 

L’autre ingrédient important était le batteur Dylan Partridge, qui, au moment de l’enregistrement, était un batteur de session.Il fait désormais partie du groupe.

Ces deux éléments ont été cruciaux pour créer l’ambiance générale et l’atmosphère de l’album.

S’enfermer dans le studio pendant 3 semaines pour enregistrer le disque a été extrêmement bénéfique.
et c’était quelque chose qu’aucun de nous n’avait fait dans le passé – cela nous a donné la possibilité de vraiment affiner les chansons aux côtés d’un producteur. et d’expérimenter divers équipements qui ne sont pas normalement pas à notre disposition”, déclare Bryant.

Le titre de l’album est une métaphore de la notion selon laquelle l’obscurité et la négativité peuvent rester cachées même parmi des forces et des êtres apparemment positifs 

“En troisième semaine, on parlait d’un verrouillage de l’État de New York en raison de l’augmentation rapide des cas de Covid ; et Il ne restait plus qu’un jour avant l’entrée en vigueur de la fermeture, c’était une course folle pour terminer l’enregistrement de l’album et pour pouvoir le ramener à Richmond, en Virginie”, déclare le bassiste Drew Storcks.

Bien qu’entièrement instrumental, réduire le son contemporain du groupe au terme “post-rock” ne rendrait pas justice à ce disque. il y a bien plus que de longues montées dramatiques et des mélodies douces-amères saturées par des delay.

Snake Behind the Sun est un disque étonnant et extrêmement diversifié qui plaira aux fans de tous les horizons de la musique heavy rock moderne.

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.