fbpx
Vacarm.net
Image default

Interview de Jimm le 16 décembre au Feelgood des Halles (Paris)

Le 14 décembre 2018, au Dr Feelgood les Halles, JIMM, auteur, compositeur et multi-instrumentiste, est venu parler de son dernier album Distorsion Cérébrale, sorti le 30 novembre, avec des textes furieusement d’actualité et une musique bien rock, le tout mixé par Fred Duquesne (Mass Hysteria).

Jimm sera en concert le samedi 16 février au Barde Atomique à Ecquevilly dans les Yvelines.

Avant tout bravo pour cel album ! en français en plus. Ça fait du bien de comprendre les paroles !
Jimm : La musique française d’une manière générale et quel que soit le style, pour moi ça doit être en français. Et les mecs qui croient qu’en chantant en anglais ils vont cartonner à l’étranger se font des illusions. Les américains s’en foutent d’un groupe français avec un accent pourri.
J’ai toujours écouté des groupes français, je ne suis pas bon en anglais, j’ai un accent de merde et quand tu veux écrire des textes et que tu as des choses à dire c’est plus simple dans ta langue, c’est naturel.

Quels groupes français écoutes-tu ?
J’ai beaucoup écouté Trust. Je suis guitariste à la base et quand je me suis mis à chanter je me suis dit je vais gueuler comme Bernie de Trust. Sinon j’ai écouté Noir Désir, Eiffel, No One Is Innocent, les Sheriff ou même des trucs comme Axel Bauer. Johnny Hallyday j’étais super fan aussi, je l’ai vu plusieurs fois en concert, ça envoyait je trouve. En plus il avait des musiciens rock, le personnage était ce qu’il était mais c’était une bête de scène et sa voix c’était assez hallucinant. Il avait des supers morceaux aussi puisqu’il se payait les meilleurs compositeurs.

Tu es guitariste à la base et sur l’album tu fais quasiment tout sauf la batterie. Pourquoi ne pas voir pris un chanteur tout simplement ?
J’ai longtemps essayé de trouver un chanteur dans mes groupes, quand j’avais 23 ans je jouais dans un groupe de potes, le chanteur s’est barré et c’est là que je me suis mis à chanter et pendant assez longtemps j’ai essayé de trouver un chanteur ou une chanteuse et je n’ai pas trouvé une personne passionnée, motivée et dès lors que j’ai commencé à composer mes morceaux je me suis dit que ça ne pouvait pas être quelqu’un d’autre qui les chante.
 Quand je suis arrivé à Paris j’ai essayé de monter un groupe, ça n’a pas abouti donc au bout d’un moment je me suis dit j’arrête je fais mes maquettes tout seul, j’enregistre un album seul et après je trouve des musiciens et finalement ça a mieux marché comme ça.

Sur scène tu as un bassiste de session donc ?
Oui sur scène on est trois. Mais sur chaque disque j’ai eu un batteur différent, j’ai eu plusieurs bassistes et batteurs différents en live mais là j’ai un line-up stable et des mecs super bons donc j’espère que ça va durer et que le prochain disque ce sera avec eux.

Un mot sur les trois années entre In(can)décence et Distorsion Cérébrale.  
On a fait des concerts jusqu’en 2017 et à partir du moment où je suis rentré en studio pour enregistrer le 3e album, on a eu moins de concerts parce qu’en plus il y a eu un changement de line-up mais qu’il y ait un disque ou pas j’essaie de faire un max de concerts. La composition de l’album en tant que tel , le gros de l’album je l’ai composé sur l’année 2016. Deux morceaux du disque datent de bien avant, “Distorsion Cérébrale” que j’ai composé en 2004, qui était sur les maquettes des deux premiers mais on l’avait pas gardé à chaque fois et “Je ne Veux Jamais Vieillir” que j’avais composé en 2002 ou 2003, j’ai changé le texte mais la musique je la traînais depuis 15 ans. J’ai commencé à enregistrer le disque en mai 2017.

Il faut bruler nos élites résonne pourtant avec l’actualité ! 
Les deux textes “Nos Elites” et “L’Ivresse du Pouvoir” je les ai écrits en 2013, ils étaient sur les maquettes du précédent album mais ce n’étaient pas les même musiques , j’ai changé la musique , j’ai repris les textes avec des modifs , donc tout n’a pas été écrit en 2016. Sur chaque disque j’ai de vieilles idées que je recycle. Mais c’est vrai qu’il y a des textes que j’ai écrits y a six, sept ans et qui tombent pile aujourd’hui mais c’était pas calculé.

Quelle évolution selon toi entre In(can)décence et Distorsion Cérébrale ?
In(can)décence
m’a permis de faire quelques festivals, de trouver des dates, de me faire connaître. Musicalement ça reste dans la lignée, je ne suis pas le genre à changer de style. Si je devais changer de style je le ferais sous un autre nom. Là c’est dans la lignée d’In(can)décence mais c’est un album plus varié. In(can)décence était quand même assez linéaire, tu avais beaucoup de morceaux punk qui se ressemblent un petit peu. Là j’ai essayé de faire onze morceaux avec chacun une personnalité, un morceau stoner, un titre qui ressemble à du ACDC, un morceau punk, pour chaque titre j’ai essayé d’avoir des références musicales de groupes que j’écoute. J’ai essayé de faire plus varié tout en gardant la lignée, les grosses guitares solo, améliorer la voix et les textes parce que c’est mon point faible et garder le meilleur.

Que t’a apporté Fred Duquesne ?
J’ai fait remixer l’album chez lui mais j’ai enregistré dans un autre studio. Le premier album avait été enregistré et mixé chez Francis Caste, le 2e enregistré et mixé chez Fred et pour le 3e j’avais voulu changer, aller dans un studio à côté de chez moi avec beaucoup de matériel, de grandes consoles, mais finalement le mix n’était pas bon. J’ai perdu du temps, j’ai fait une erreur de choix de production donc j’ai récupéré les sessions et j’ai fait remixer par Fred qui a un peu sauvé l’album parce qu’il y avait eu vraiment des erreurs au moment de la prise et il a apporté son savoir faire. Il a beaucoup de talent et l’habitude de bosser. Comme quoi il ne faut pas se laisser aveugler par le matériel. La personne qui a le savoir faire c ‘est ce qui compte le plus. Je me suis trompé. Bon le mec s’est foutu de ma gueule aussi sur plein de trucs mais Fred a remixé, il ne se contente pas de tourner des potards de volume , il fait des arrangements, il amène sa patte et on a la même culture pour tout ce qui est production. Par contre autant j’adore le rock français mais pour tout ce qui est production je suis plutot du côté rock américain avec des sonorités modernes, des grosses prod, lui il a cette culture, on a le même point de vue sur ça. Je sais qu’à chaque fois il fera ce que j’attends de lui et là la prod elle sonne bien. J’aurais dû aller chez lui directement.

Pourquoi cette reprise de “la chanson de Prévert”, d’autant que tu ne m’as pas cité Gainsbourg parmi les artistes français que tu écoutes ?
Gainsbourg j’aime bien certains morceaux mais je ne connais pas énormément son œuvre et ce n’est pas dans mes influences mais ce morceau je l’avais appris quand j’étais au collège, on avait un cours de musique une heure par semaine et notre prof qui était branché rock nous jouait des morceaux à la guitare et au chant. Il nous faisait écouter aussi beaucoup de musique et m’a fait découvrir plein de groupes comme les Pixies, Iggy Pop, Noir Désir, John Lennon, c’est en partie grâce à lui que j’ai fait de la guitare électrique  
Et il nous avait joué la Chanson de Prévert de Gainsbourg et ce morceau m’est resté pendant des années et 20 ans après je me suis dit que ce titre était assez simple et que je le voyais bien en version rock. J’avais un modèle de reprise, je ne sais pas si tu as vu The Watchman , y avait un groupe qui avait repris un titre de Dylan, guitare acoustique/voix, pour en faire un morceau punk sauce moderne avec des grosses guitares solo et je me suis dit que je pourrais peut-être en faire une version un peu dans cet esprit. Mais c’est une chanson que j’ai toujours adorée avec une mélodie qui te reste en tête dès que tu l’as écoutée une fois. Visiblement cette chanson plaît pas mal, tout le monde m’en parle. Je pensais que les puristes n’allaient pas aimer une reprise de Gainsbourg en version rock, parce qu’elle est radicalement différente de l’originale.

Pourquoi le choix de “Big Brother” comme premier single ?
C’est le morceau le plus accrocheur je trouve, mon préféré du disque, le dernier que j’ai composé. Direct je savais que ça allait être le single, c’est un riff que je traînais depuis des années et puis un jour y a eu le déclic. J‘ai démarché avec le clip, ça m’a permis de trouver un label cet été, le label Juste une trace.

Tes textes abordent des sujets de société et d’autres plus personnels, tu composes en fonction de ce qui t’arrive ?
Le texte c’est un exutoire. Dans la vraie vie, je suis calme, assez réservé, posé mais la musique c’est un peu mon exutoire et quand je compose les textes, j’essaie d’écrire des choses vraies soit que je ressens, soit mon avis sur certaines choses c’est le plus simple pour moi. Je ne pourrais pas parler de quelque chose que je n’ai pas ressenti ou que je ne connais pas. C’est pour ça qu’il y a un côté autobiographique avec du vécu et mon avis sur certains sujets, des choses que je ne cautionne pas forcément.

Qu’est ce que tu préfères ? Composer la musique ou écrire les textes ?
Je préfère la musique.

Si tu trouvais quelqu’un pour te composer des textes tu les interpréterais ?
Je ne sais pas. Ça me ferait chier de chanter des textes qui ne sont pas de moi, l’intérêt quand tu fais de la musique c’est quand même de créer, composer c’est quelque chose qui vient de toi. Etre juste interprète je ne pourrais pas. Composer la musique et chanter les textes de quelqu’un d’autre pourquoi pas sur un ou deux titres si ça correspond à ma personnalité. Peut-être que sur le prochain album il y aura un morceau qui n’est pas de moi que je jouais dans un ancien groupe avec un ami qui avait composé le texte, la chanson est vraiment bien donc peut-être.

Tu as une marque de guitare préférée ? Tu joues sur quoi ?
Gibson, une Les Paul. Sur l’album il y a de la Fender, de la strat pour varier les textures en studio mais en concert c’est que des Les Paul depuis que je suis ado. La première guitare que j’ai eue c’est une Les Paul et j’ai eu le coup de foudre. J’ai commencé par la guitare classique mais j’ai découvert les Guns et Slash avec le film Terminator 2. J’ai plusieurs Les Paul avec une guitare qui est ma préférée, celle qui est dans le clip “A l’intérieur”. Sur l’album y a trois Les Paul, les solos je les ai faits sur une et la rythmique sur deux autres.

Le mot de la fin ?
Merci !

Merci à Jimm ainsi qu’à Roger de Replica pour cet échange !

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.