fbpx
Vacarm.net
Image default

Corpo-Mente: Interview et Chronique

S’il nous est arrivé de vous faire découvrir le clip de « Fia », issu de l’album éponyme de Corpo-Mente, c’est qu’on a jugé bon s’y intéresser. Et on va continuer. Je vous propose un article en deux parties. La première, une traditionnelle chronique qui a pour but de vous allécher et de vous donner envie de découvrir cette formation. La deuxième, une petite interview légère et concise à travers quelques questions posées à Gautier Serre, co-fondateur du groupe. Here we go.

 

~ Chapitre 1 : Chronicles of the Golden Arrival of Corpo-Mente ~

 

cover 1000

 

Amateur de musiques expérimentales de grands bonhommes, vous n’avez surement pas pu ne pas entendre parler de quelques Igorrr, Rïcïnn et autres Öxxö Xööx. Grand bien vous en fasse, si vous êtes passés par là c’est que vous aimerez Corpo-Mente. Et pour cause, c’est Gautier Serre et Laure Le Prenenec qui se réunissent une nouvelle fois pour vous servir.

Au menu de cette aventure auditive, du baroque, des grosses sonorités électroniques, des chœurs, des riffs  de la mélancolie pour une immersion sensorielle totale dans un monde poétique et presque introverti, sans manquer de quelques froids contrastes envoyées par les variations de voix de Laure. Passant de chants lyriques d’opéra emprunts de sérénades espagnoles, à des phases puissantes, frissonnantes et aériennes de chants enraillés qui suintent le désespoir et l’effroi, votre cœur et vos pensées seront logés dans des ascenseurs émotionnels asynchrones à double vitesse. Cette croisée instable de modernité et d’ancien amènent une touche steampunk classieuse et raffinée. Chaque titre est une idée de génie. Si les premières notes de Scylia ou Fia sauront vous renvoyer aux portes chaleureuses de votre imagination de gosse, d’autres titres comme Velandi incarnent ces petites peurs irrationnelles et enfantines qui vous espionnaient en plein jour, dans la vieille maison bourgeoise semi-abandonnée de mamie au bord de la plage en Normandie. Un peu comme votre souvenirs de votre tout premier train fantôme, mais du genre mis en scène par un mec comme un Tim Burton nostalgique d’une époque morbide qu’il n’a pas encore connue, ou refoulée, à vous de voir ce que le panel d’émotions que vous traverserez à l’écoute de cet album vous dira.

Corpo-Mente est un voyage musical et visuel qui nous fragilise, nous rend-compte de notre conscience d’être. D’ailleurs, si vous pensiez sans broncher que la technique est à l’art ce que la gynécologie est à l’amour, alors Corpo-Mente vous troublera d’autant plus. C’est « simplement » un trio de grands savants-fous, maniaques de l’émotion. Rien à dire sur la virtuosité chirurgicale et les talents d’orchestrations de monsieur Serre (oui, c’est lui à la production, on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même), qui n’oublie pas de ne jamais être démonstrative, mais bien au service de l’animation mécanique du cœur et de l’esprit de l’album, aussi bien lumineux que lugubre.

Corpo-Mente, c’est la candide incarnation romantique de nos déchus fantômes d’enfances. Vous êtes prévenus.

.: Setlist :.
01. Scylla
02. Arsalein
03. Fia
04. Velandi
05. Dorma
06. Dulcin
07. Equus
08. Ort
09. Saelli
10. Encell
(40’22”)

 

~ Chapitre 2 : Gautier « Igorrr » Serre’s fantastic interview ~

 

Tout d’abord, bonjour Gautier. Tu peux te présenter vite fait ?

Bonjour, je suis Igorrr,  dans Corpo-Mente, je suis le compositeur et un des 2 guitaristes.
Je mesure 1m84 et je pèse 75Kg, j’ai les yeux marron et mon carnet de santé est à jour.

 

Voilà qui était vraiment très intéressant, on pourrait s’arrêter là, mais je suis quelqu’un d’entier et de perfectionniste. Donc on continue. Question piège, tu peux nous présenter Corpo-Mente ?

Corpo-Mente, c’est un groupe qu’on a monté tous les deux avec Laure (Laure Le Prunenec qui chante sur “Tout Petit Moineau” sur mon dernier album sous Igorrr. On fait une sorte de Trip-hop / Rock / Opéra, avec plein de trucs croustillants à l’intérieur. Pour ceux qui connaissent un peu ce qu’on a fait avec Laure sur mes albums d’Igorrr, c’est un peu une continuité de tout ça, on a approfondi le côté sombre et mélodique de ce qu’on peut trouver dans “Caros” ou “Tout Petit Moineau”.

Aujourd’hui, on est un groupe au complet, il y a 3 autres musiciens de malade qui nous ont rejoint, Nils Cheville, Antony Miranda et Vincent Beaufort, tous les 3 vraiment bons, du coup ça nous permet de tout jouer en live.

 

Si je devais être un misérable con, tu sais le genre de mec qui écrit des chroniques parce qu’il n’est pas musicien et qu’il en est frustré, je pourrai soupçonner que cette histoire aurait quelque part démarré grâce à ton précédent carton pondu sous ton nom solo (Igorrr), Hallelujah sorti en 2012, dans lequel trônait avec une certaine prestance une track unbelievable (ça veut dire « incroyable » en anglais) : « Tout Petit Moineau », où on te découvre autrement, où on découvre aussi le talent de Laure. Tu me disais d’ailleurs il y a quelques temps qu’elle était incroyable, qu’elle pouvait passer du chant baroque au chant hurlé dans une même prise…  C’est pas beau de prendre une chanson à part comme ça, mais on ne peut pas ne pas en parler. Cette track a marqué la planète entière : une exécution phénoménale, une compo magistrale et une maturité hors-norme (merde faut que je change mon slip…). C’était une première pour vous ? C’est pour ça que Corpo-Mente existe ?

Oui comme je disais plus haut, on a eu envie d’approfondir un peu ce truc, on s’est vraiment éclaté à faire Tout Petit Moineau, du coup, ça nous paraissait être cool de continuer dans cette voie, juste pour voir.

Mais au tout début, Corpo-Mente, c’est parti d’autre chose,  à l’époque, pour payer le loyer,  je faisais des musiques pour des commandes, et on s’était retrouvé à travailler ensemble sur un morceau avec Laure, pour une collection de vêtements, on leur avait fait un truc que je trouvais super cool, et je n’avais pas envie de leur donner le morceau, je l’aimait trop, du coup, vu que j’étais obligé, par vengeance, j’ai recomposé un autre morceau juste après (Dorma) pour pouvoir me dire, celui-là, on le garde, il ne sera pas pour eux.

Je l’ai envoyé à Laure, elle a fait des voix vraiment géniales dessus, du coup ça nous a donné envie de continuer, on s’est dit qu’on allait faire un EP, et une fois qu’il était fait, on avait encore envie de continuer, du coup on a fait un album complet.

 

Question de connard à la Laurent Boyer: ça nous change pas mal d’Igorrr justement ce projet, tout est religiseuement mature, aucune loufoquerie qui nous amusait auparavant… Même la pochette est très sérieuse. Est-ce qu’on peut dire que c’est un peu l’atteinte d’un stade de maturité pour toi (tu sais, comme voter, mettre des pantalons en velours…) ? Comme le dernier album de Jennifer ? Tu peux nous dire ce qu’elle t’évoque à toi, cette pochette ?

La maturité, c’est pas encore pour moi, désolé, mais oui y’a moins de blagues sur Corpo-Mente, l’esprit n’est pas le même que dans Igorrr.

Pour la pochette, c’est Fortifem qui l’ont faite, elle est super réussi je trouve, et elle colle parfaitement à l’esprit de l’album, elle évoque ce qu’il faut.

 

Il suffit les bêtises. Parlons sérieusement, raconte-nous le processus d’écriture de Corpo-Mente.

Je fais des brouillons que j’envoie à Laure, elle fait des trucs de malade dessus, me renvoie le morceau, je lui dis que c’est cool et on peaufine le morceau pendant des mois et des mois, et au final, j’enregistre les instrus au studio et Laure toutes les voix death, c’est comme ça qu’on a fait pour le 1er album.

 

Il parait que vous allez ouvrir pour Gojira dans pas longtemps, je me trompe ? Ca fait des chatouilles dans le bas-ventre ? C’est un groupe qui vous parle ?

Oui le 24 Mai (2015) à Clermont-Ferrand, c’est dans 1 mois, ça fait super plaisir, j’aime beaucoup leur musique, j’espère que leur fans ne vont pas prendre peur quand ils vont entendre la nôtre juste avant.

 

A quoi ressemblera votre futur proche, quels sont vos projets, vos envies ? Vous avez déjà des idées de création ?

Avec Corpo-Mente oui, on sort tout juste d’une résidence de plusieurs jours, c’était vraiment génial et y’a pas mal de trucs trèèèès bien qui ont été enregistrés.

Dans un futur proche, ce qui serait bien, c’est de faire quelques concerts pour essayer.

 

J’aurai bien une idée pour le prochain Igorrr, une sorte d’album-concept qui parlerait d’un mollusque (celui de ton choix) qui souhaiterait à tout prix devenir un lampadaire. Quelque chose qui traiterait de l’esthétisme du simulacre pro-athé de l’anthropomorphisme dans son approbation structuraliste même. Est-ce que tu trouves ça parlant ?

Bonne idée oui, si tu as des riffs qui évoquent précisément cette idée-là, je suis preneur !

 

Aurais-tu quelque chose à dire que je n’aurais pas eu l’esprit d’évoquer avant que je te demande le mot de la fin ?

Tu as parlé de Laurent Boyer, de mollusque  et de lampadaire, je pense que tout y est !

 

Le mot de la fin ?

Le mot de la fin.

 

.: Infos pratiques :.
Facebook
Bandcamp (album en prix libre!)

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.