Vacarm.net
Image default

Basement – Beside Myself

Deux ans après la sortie de l’excellent “Promise Everything”, les anglais de Basement reviennent avec un quatrième opus, , “Beside Myself”, coproduit avec Colin Brittain et mixé par Rich Costey (At The Drive In, Biffy Cliro, Muse, …). Pourtant, la formation née à Ipswich peine à prendre de l’ampleur dans l’hexagone, alors même qu’elle fait figure de tête d’affiche à l’étranger. Les plus chanceux d’entrevous les auront peut-être aperçu au Mainsquare l’été dernier et se donneront à coeur joie de les retrouver dans l’ambiance intimiste de la Maroquinerie en janvier prochain, avant que le groupe s’envole pour une tournée US avec Weezer et les Pixies.

Autant crever l’abscès immédiatement, “Beside Myself” est un album facile, peut-être même un peu trop parfois… Les anglais nous avaient habitué à un hardcore mélodique plus cathartique qui, à ses débuts, virait à l’emo. Sans nul doute, Basement était influencé en un certain sens par le grunge des 90’s, tirant sur le flanc des guitares crasseuses et un chant tremblotant de la glotte, et réhabilitant le style au goût du jour. Difficile de compter le nombre de fois où nous avons écouté, en boucle, “Spoiled” ou “Control”, issus de leur deuxième opus, “Colourmeinkindness”. Après un hiatus qui de quatre ans, Basement signe un troisième album beaucoup moins sombre, qui positionne le groupe dans cette large sphère fourre-tout de l’alternative rock, comme une saveur aussi rafraichissante, qu’acidulée aux refrains rageurs de “Promise Everything” ou “Hanging Around”, et s’essaye à des ambiances low tempo (“Oversized”). Ainsi, “Beside myself” s’inscrit dans le prolongement des choix effectués ces dernières années par le combo, qui se “pop-ifie”, sans pour autant réussir à véritablement marquer les esprits.

“Beside myself” est loin d’être un mauvais album. Bien au contraire, on appréciera l’ambiance générale qui s’en dégage, avec un single plutôt efficace (“Be Here Now”), et les refrains addictifs de titres comme “Slip Away” ou “New Coast”. Basement développe même des idées intéressantes sur “Ultraviolet”, “Stigmata” ou “Reason for Breathing”. Cependant, nous espérions que le talent du groupe s’exprime à un autre niveau, en évitant de tomber dans la redite, car sur bien des aspects, “Beside Myself” ressemble beaucoup au précédent opus, sans réussir à magnifier cette énergie simple qui nous faisait vibrer. La ligne est moins directe et sombre un peu trop souvent dans la facilité, à l’instar du single “Disconnect” ou de la ligne de chant mièvre de “Keepsake”. Dommage, on espérait mieux…

.: Tracklist :.
1. Disconnect
2. Be Here Now
3. Nothing Left
4. Ultraviolet
5. Keepsake
6. Changing Lanes
7. Stigmata
8. New Coast
9. Just a Life
10. Slip Away
11. Reason for Breathing
12. Right Here

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.