fbpx
Vacarm.net
Image default

Danakil, YaniSs Odua, Broussai, BigFlo & Oli, Scars étaient @RouenReggaeTown2015

Nouveaux talents et talents confirmés étaient au rendez-vous samedi 12 avril au zénith de Rouen à l’occasion de la seconde édition de Rouen Reggae Town, l’évènement de l’année reggae dans la région Normande. Après les toutes premières éditions à Dieppe puis l’exportation au Havre,  la scène reggae et hip-hop ont comme convenu proposé le meilleur d’eux-même. Danakil, YaniSs Odua, Broussai et les tous jeunes BigFlo & Oli ont participé à ce qui était bien plus qu’un concert : un véritable show s’est tenu sur la scène rouennaise. L’occasion pour nous de faire le point sur nos artistes reggae favoris qui étaient (quasiment) tous présents.

Pour commencer les festivités, Scars, artiste reggae venu du Havre et qui a réuni pour l’occasion le chanteur Dieppois Nâaman, le rappeur du Havre Médine puis Daddy Mory (plus connu comme étant ex-membre du collectif Raggasonic). Freestyles de grande envergure, joie de vivre et message de paix sont au rendez-vous. Pas de doute, Scars a su faire profiter son public. Olivier (dans le civil) est LA révélation reggae à l’énergie retentissante et au caractère décontracté. Son phrasé en français et son élocution puisant aux sources du reggae ont su réjouir le Zénith, peu à peu affolé à l’arrivée des « guests ». Avec un Nâaman des plus en forme sur sa prestation. Un rêve réalisé pour Scars qui ne fait que confirmer une fois de plus sa passion et son talent. Un rêve devenu réalité aux côtés des grands noms de la scène reggae.IMG_2080

Rouen Reggae Town c’est neuf heures de musique. Et après le passage remarqué de Scars, le public a accueilli les jeunes frères BigFlo & Oli.

À peine la majorité pour l’un et la vingtaine pour l’autre, le duo BigFlo & Oli met en émoi la scène rap française avec différents clips sur YouTube et plus d’un million de vues. Sans doute leur premier live dans la région, et les deux toulousains ont enflammé le Zénith. On nous avait parlé d’un rap décomplexé, ils ont vu juste et leur prestation était vive et électrique. Les deux rappeurs enterrent leurs ainés à la voix vocodée et aux thèmes redondants. On qualifie sans hésitation leur musique de bon rap en s’accompagnant sur scène du classique DJ et, plus original, d’un violoncelliste/ guitariste. Somptueux. Entre samples de Wax Tailor et solo de trompette, BigFlo & Oli n’oublient pas de se « clasher » entre deux morceaux dans une Battle. Une certaine réflexivité du groupe déstabilise les frontières de la musique rap face un public réceptif et enjoué. BigFlo & Oli c’est plus que du simple rap… c’est de la musique.IMG_2300

Pour la troisième partie du concert, au tour de Broussai, formation de plus de dix ans à la tête d’un reggae engagé, aux paroles riches de bon sens accompagné d’une session instrumentale de qualité.

Ce fut le moment pour Broussai de présenter sur scène leur nouvel album In The Street sorti en début d’année. Ils ont joué leurs nouvelles compositions, sans oublier les chansons qui ont fait leur succès hexagonal. On remarquera particulièrement la prestation des deux chanteurs. Les voix s’accordent parfaitement au live, donnant un rythme effréné tout en laissant la place à leurs musiciens dans diverses petites fantaisies. Broussai c’est une performance assurée. La musique reggae en live est rarement décevante et Broussai ne nous a pas dit le contraire.IMG_2696

Le fameux rastafari YaniSs Odua s’est exalté dans un style propre à lui : le Reggae Dancehall. Il a su hisser ses couleurs : le drapeau rouge, jaune, vert a flotté dans une salle comble. YaniSs Odua a durant une heure affolé la scène normande en réinterprétant ses fameux classiques “Chawala”, “La Caraïbe”, “Une Larme”, “Mal Au Coeur”, “Cool Higher”. Le Moment Idéal du Reggae man martiniquais, en compagnie de ses musiciens Artikal Band, a conquis ou reconquis grâce à ses fameuses opinions et son style universel. Entre reggae, roots et dancehall aux vibes latinos ou parfois urbaines, le chanteur s’affirme sur scène depuis plus de 20 ans et a donné le meilleur de lui à Rouen, prouvant qu’il est un véritable show man et se place comme  l’une des voix les plus emblématiques du reggae international.

IMG_3418

Danakil, tête d’affiche et groupe reconnu, a enflammé son public dès les premières notes. Des textes engagés et une musique de qualité roots, exprimés avec maîtrise et subtilité. Le groupe est porté sur scène par une batterie, guitare, basse, cuivre, claviers et voix des deux chanteurs Balik et Natty Jean. Ils ont une fois de plus affirmé ce qui fait d’eux les piliers du reggae français. Chanson à textes du dernier album Entre les lignes, en remontant aussi à leurs succès sur les prestations remarqués de  “Mon Île”, et le fameux hommage à l’homme qui aurait eu 70 ans et des poussières. Bref Danakil a déchaîné le public qui chantait les chœurs de toutes les chansons à l’unisson. La formation laisse énormément de place à leurs différents musiciens, ce qui donne un rendu admirable en live. En accentuant les solos et les diverses ambiances, les Danakil sont l’une des meilleures formations de roots reggae. Un final de haute voltige avec tous les artistes de la soirée, un super freestyle avec Broussai, YaniSs Odua, Daddy Mori et Scars dans un esprit familial.

La soirée évènement Rouen Reggae Town s’achèvera sur les précieuses ondes positives de Danakil, succèdant aux divers groupes qui ont fait l’unité de cette soirée, le tout dans un message de paix.

IMG_3703

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.