fbpx
Vacarm.net
Image default

Cage The Elephant – Tell Me I’m Pretty

Tell Me I m Pretty

Cage The Elephant fait son grand retour avec Tell Me I’m Pretty, son quatrième album. Produit par Dan Auerbach des Black Keys et mixé par Tom Elmhirst (Amy Winehouse, Adele, Florence & the Machine), ce nouvel opus donne envie sur le papier. Dans les faits, c’est mission accomplie pour le groupe qui voulait « une démarche honnête vis-à-vis de la musique. » Ce nouvel opus est sans conteste l’un des meilleurs qui soit passé dans les mains de Vacarm cette année !

Si Melophobia, sorti en 2013, avait fait table rase du côté brut et abrasif des deux premiers disques du groupe (Cage The Elephant en 2008 et Thank You, Happy Birthday en 2011), on peut dire que Tell Me I’m Pretty rompt cette nouvelle ligne directrice pour renouer avec les débuts. Enregistré en quasiment une seule prise pour avoir les sensations du live, ce nouvel album combine une énergie volcanique et une maîtrise parfaite des morceaux. Matt Shultz (chant), Brad Shultz (guitare), Daniel Tichenor (basse) et Jared Champion (batterie) semblent n’avoir jamais été autant sur la même longueur d’onde.

Avec Tell Me I’m Pretty, Cage The Elephant nous montre de nouvelles facettes de son savoir-faire. Dan Auerbach y est certainement pour beaucoup. Il est en effet impossible de ne pas retrouver son style en écoutant « Cry Baby » et sa rythmique si particulière, le superbe hommage à Bonnie & Clyde « Too Late To Say Goodbye », « Sweetie Little Jean » ou encore l’excellente « Punchin’ Bag ». Une présence du frontman des Black Keys que l’on retrouve également dans les « webisodes » qui retracent la genèse de l’album (que vous trouverez tout en bas de cette chronique).

Une autre facette plus qu’agréable de Tell Me I’m Pretty est le son du bon vieux rock’n’roll des années 1960 et 1970 que l’on retrouve sur plusieurs chansons. Une forte influence des Rolling Stones, des Stooges, des Beatles ou encore du Velvet Underground qui se ressent sur l’excellente « Mess Around », « That’s Right », « Trouble » et « Cold Cold Cold », l’un des meilleurs morceaux de l’album.

Enfin, après 35 minutes de pur plaisir auditif, « Portuguese Knife Fight » conclut avec brio. Les riffs de guitare sont puissants, la voix de Matt Shultz est tranchante et la batterie de Jared Champion est juste redoutable. Le seul point négatif de Tell Me I’m Pretty se résume définitivement en un seul point : dix titres, c’est vraiment trop court !

En tout cas, si vous êtes toujours à la recherche du dernier cadeau de Noël qui vous manque, offrez Tell Me I’m Pretty. De même, courez les yeux fermés au Trabendo (Paris) le 22 février 2016 pour l’unique date française du groupe.

En bonus, pour le plaisir des yeux, retrouvez, juste en-dessous de la tracklist, les cinq webisodes sur la création de l’album.

.: Tracklist:.
01. Cry Baby
02. Mess Around
03. Sweetie Little Jean
04. Too Late To Say Goodbye
05. Cold Cold Cold
06. Trouble
07. How Are You True
08. That’s Right
09. Punchin’ Bag
10. Portuguese Knife Fight

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.