Chronique : Bad Wolves - Disobey - Vacarm.net
Vacarm.net
Image default

Chronique : Bad Wolves – Disobey

Bad Wolves s’est involontairement payé un bon coup de comm’ suite au décès de Dolores O’Riordan, chanteuse des populaires Cranberries, survenu quelques jours avant que cette dernière ne puisse contribuer à leur reprise de « Zombie ». Les américains sortiront le titre malgré cette disparition tragique, engageant au passage une entrée plus que remarquée dans les charts. Si le morceau aura offert au groupe une certaine visibilité, il n’est sans surprise absolument pas représentatif du contenu de ce premier album. Bad Wolves tape en effet plus volontiers dans le métal moderne que du côté d’un rock popisant, et livre avec ce Disobey un disque ultra-efficace. Rien de bien étonnant au vu des casiers affichés par les différents musiciens.

Tommy Vext est probablement l’un des chanteurs les plus agaçants de ces dernières années. Vocaliste polyvalent en chant bourrin comme en voix claire, le bonhomme ne tient littéralement pas en place. Ce dernier a enregistré un bon Bleed The Filth avec Divine Heresy avant de lâcher ses camarades en début de tournée, assuré bon nombre de prestations avec Snot sans pousser l’expérience du studio au delà des pré-prods et s’est fait dégager de Westfield Massacre après un unique album. Espérons que Bad Wolves lui offrira enfin un terrain de jeu sur le long terme. Son expérience de « mercrenaire » du metal – le gonz’ a par ailleurs remplacé au pied levé Ivan Moody de Five Finger Death Punch le temps que celui-ci suive une désintox – permet aujourd’hui à son nouveau groupe de jouer d’emblée dans la cour des grands. Vext abat en effet ici un boulot remarquable sur le plan vocal. Le disque accroche immédiatement par la qualité de ses refrains, l’équilibre parfaitement dosé entre tirades hurlées et refrains de haute voltige ainsi que par sa puissance. Vext s’ose un peu à tout avec succès : des phrasés rap ultra-speed, des growls bien appuyés, des lignes claires presque pop. Bad Wolves flirt à deux-trois occasions avec l’overdose de mélodies sucrées, mais les quelques écarts de son frontman en la matière sont majoritairement rattrapés par une section instrumentale qui bastonne sec.

Les mecs de Bad Wolves ne sont clairement pas des manches. Issus de quelques belles formations de la scène US – en vrac : God Forbid, DevilDriver, Bury Your Dead et In This Moment –, les musiciens s’aventurent ici sur des terrains plus radiophoniques mais n’en oublient pas pour autant la technicité. Le quintet lorgne vers un metalcore classe et surtout extrêmement fluide, là ou bon nombre de prétendants au genre affichent un manque de cohérence entre les parties les plus virulentes et des envies mélo mal gérées. Bad Wolves joue avec ce Disobey sur divers terrains et associent sans gêne leurs influences diverses. Le disque mise sur du solo heavy à intervalles réguliers, une basse slappée de ci et là, des escapades djent syncopées ou des horizons dépouillés au profit d’un riffing basique mais entêtant. L’ensemble est easy-listening et s’assimile sans grand effort, mais parvient, à l’instar d’un Killswitch Engage de la grande époque, à ne jamais gonfler ou se répéter. Le monstrueux John Boeklin, que l’on imagine à l’origine d’une bonne partie du travail d’écriture, prend ici une belle revanche après avoir été lourdé de DevilDriver et offre une presta batterie impeccable.

Disobey est un disque plutôt addictif. A l’aise dans l’art du metalcore next-gen, Bad Wolves associe technicité et sens de la mélodie pour livrer une grosse douzaine de compos bien ficelées. On notera deux-trois morceaux moins solides, mais le groupe pose sur bandes un premier album sans défaut majeur. A condition bien évidemment d’apprécier le gros metal calibré à fond les ballons grand-public. Croisons les doigts pour que Vext ne se fasse pas la malle dans les prochains mois.

Album disponible via Eleven Seven Music.
Facebook / site officiel.

Le vidéo-clip de « Learn To Live » :

Le vidéo-clip de « Zombie » :

Le vidéo-clip de « Better The Devil » :

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation en vous proposant les meilleurs contenus possibles. J'accepte En savoir plus