fbpx
Vacarm.net
Image default

AEON : le clip pour “God Ends Here”

Aeons Black, sorti en 2012, est considéré comme l’un des albums de death metal les plus marquants du XXIe siècle, et l’attente de sa suite a été longue. En 2021, les Suédois d’Aeon reviennent enfin avec son successeur, God Ends Here, et ce faisant, ils ne font qu’augmenter la mise avec un album plus grand, plus dur et plus fort à tous égards. Une collection plus sombre, encore plus épique, c’est tout ce qu’un fan d’Aeon pourrait vouloir avec quelques surprises en réserve, poussant le genre dans de nouvelles directions, et affirmant une fois de plus qu’ils sont l’un des groupes les plus importants du métal extrême.

 La principale raison du laps de temps entre les deux albums a été la recherche du bon batteur, après que plusieurs soient passés dans leurs rangs, le batteur de Dark Funeral/Imperium, Janne Jaloma, est maintenant à la barre. Le bassiste Tony Östman, qui a rejoint le groupe en 2013, lors de la tournée d’Aeons Black, fait également ses débuts avec le groupe. Le guitariste Daniel Dlimi, qui a quitté le giron d’Aeon en 2013, est également revenu dans les rangs du groupe en 2019, ce qui a inspiré le guitariste Zeb Nilsson à écrire, sa collaboration avec lui lui ayant vraiment manqué. 
 
La batterie a été enregistrée dans le Studio Starköl, propriété de Jaloma, les guitares et la basse dans le Studio Rise to Dominate, propriété du groupe, et le chant a été enregistré au Studio Metallfabriken, où quelques ré-amplifications de guitares ont également été effectuées. Le producteur Ronnie Björnström, qui a présidé aux destinées d’Aeons Black, a une fois de plus supervisé les procédures, s’assurant que tout sonnait aussi bien que possible. Les cordes et les chœurs élargissent la palette sonore, les éléments orchestraux étant principalement programmés par Nilsson, Dlimi s’occupant de ceux de “Mephistopheles”, tandis que Nilsson a écrit les parties des chœurs. Avec l’illustration dramatique de l’artiste italien Paolo Girardi comme dernière pièce du puzzle, l’album final prolonge l’héritage d’Aeon et donne au genre l’impulsion voulue dès le départ. Ils ont peut-être disparu depuis longtemps, mais ne vous y trompez pas : Aeon est de retour, et God Ends Here va tout détruire.

Le 15 octobre, Aeon sortira son nouvel album, God Ends Here, via Metal Blade Records

http://metalblade.com/aeon

où “God Ends Here” peut être précommandé dans les formats suivants :
– jewelcase-CD
– vinyle noir 180g (exclusivité UE)
– vinyle doré (exclusivité UE – limité à 300 exemplaires)
– vinyle orange avec éclaboussures rouges (exclusif UE – limité à 200 copies)
– vinyle or / noir fondu (exclusif UE – limité à 200 copies)
– vinyle or avec éclaboussures noires (exclusivité US)


 

Vous pourriez aussi aimer...

Laissez un commentaire

Le webzine qui fait du bruit
Vacarm.net est un site d'actualité musicale. Chaque jour retrouvez de nouvelles chroniques des dernières sorties d'album, des interviews de vos artistes rock / metal favoris et des live report des meilleurs concerts et festivals français.