Entretien avec Aisles : « Dans notre pays nous n’avons aucune chance. »

Originaire de Santiago au Chili, ce sextet en est à son troisième album « 4:45 AM » (ci-dessous) qui, après quatre années de silence, confirme sa progression dans une musique art-rock intégrant dans un éclectisme flamboyant des éléments pluriels qui vont de la musique d’ambiance au pop-rock en passant par le néo-prog. Le chanteur Sebastian Vergara, le plus jeune des trois frères jadis embauché un peu par hasard, a pris de l’assurance: sa voix claire associée avec une diction anglaise quasi parfaite étant assurément l’un des points forts de « Aisles », qui est le groupe dont nous parlons. Evitant les solos à outrance, la formation s’est davantage concentrée sur les mélodies et sur des arrangements aux sonorités modernes parfois très sophistiquées. Et si les morceaux chantés sont relativement accessibles, voire popisants comme l’excellent « Shallow And Daft » qui évoque la new-wave des années 80 et Depeche Mode en particulier, les instrumentaux par contre sont plus aventureux, mêlant des relents de techno (« Intermission ») à des bruitages (« The Ship ») et des percées « ambient » à la Fripp & Eno pour de petites miniatures hétéroclites qu’on ne sait trop rattacher à un courant quelconque. L’atmosphère générale du disque reste néanmoins nostalgique.

aisles3

Ils passeront par la France en octobre/novembre 2016, obligés de décaler leur tournée suite aux attaques terroristes en Belgique en mars, pour présenter leur nouvel album qui va bientôt sortir. Germán Vergara, le guitariste du groupe a pris quelques minutes pour répondre à nos questions du Chili.

Peux-tu tout d’abord présenter tous les membres du groupe Aisles ?

Oui, il y a Felipe Candia à la batterie, Juan Pablo Gaete au clavier, Rodrigo Sepúlveda à la guitare, Sebastián Vergara au chant, Daniel Baird-Kerr à la basse, et enfin moi-même Germán Vergara à la guitare et aux chœurs.

Vous avez sorti en 2013 votre troisième album appelé « 4:45 AM » et c’était un album-concept. Là vous allez sortir un nouvel album. Sera-t-il aussi un album-concept ? Quel en sera le titre ?

Et comment s’est passé la production ?

Le nouvel album est un album-concept et un travail très fort. Je ne peux pas révéler le titre pour le moment mais nous le ferons bientôt. La production était totalement différente cette fois-ci par rapport à l’album précédent « 4:45 AM ». Nous avions un bien meilleur budget grâce à notre label Presagio Records et nous avions tout ce dont nous avions besoin pour écrire nos meilleurs morceaux. Nous avons pu aller dans une petite maison près de la plage pour peaufiner nos arrangements et écrire les chansons. Ensuite nous avons enregistré dans un très bon studio à la campagne. C’est probablement un des meilleurs studios d’Amérique du Sud. Le scénario était parfait!

Sur l’album « 4:45 AM », vous aviez des guests qui ont participé à l’album. Peux-tu nous en parler ?

Sur « 4:45 AM » Constanza Maulén a chanté sur quelques morceaux. Sa contribution a été exceptionnelle car elle joue le rôle féminin sur des morceaux avec beaucoup d’émotions. Sur ‘Sorrow’ par exemple, elle essaie de remonter le moral d’un homme perdu.

Nous avons aussi eu la chance de travailler avec un quarter à cordes qui a enregistré un arrangement écrit par Daniel Baird-Kerr et moi-même pour les morceaux « Sorrow » et « Hero ». Il y a aussi un violoncelle dans la chanson « The Sacrifice ».

« The Yearning », votre premier album, est sorti en 2005. Peux-tu me décrire l’évolution du groupe d’un point de vue musical mais aussi humain ?

Nous venons de sortir notre dernier single « Club Hawaii » et le morceau montre très bien notre évolution sur les dernières années. C’est un morceau très moderne car nous avons laissé de la place à pas mal d’expérimentation : le côté théâtral de notre musique est très présent et nous avons ajouté de nouveaux sons et de nouvelles textures. Le nouveau joueur de clavier a aussi contribué à rafraîchir notre son.

En écoutant ce que vous faites, j’ai entendu des références à Yes ou encore à Pink Floyd. Quelles sont vos autres influences ?

Nous avons énormément d’influences différentes. Il y a effectivement Yes et Pink Floyd, mais aussi Rush, King Crimson, Genesis et Queen entre autres. Certains des musiciens aiment aussi le jazz-fusion : Jean-Luc Ponty, Pat Metheny Group, Mahavishnu Orchestra. Il y a aussi de la musique classique et électronique dans l’ADN du groupe.

Est-ce difficile pour un groupe chilien de faire carrière dans le rock progressif ? Y a-t-il un marché dans votre pays ?

Non il n’y a pas vraiment de marché. Nous nous battons pour atteindre un public plus mondial. Dans notre pays nous n’avons aucune chance. Le public est coincé avec des groupes classiques qui ont 70 et 80 ans, et cela laisse peu d’espace pour de nouveaux groupes qui ont un son rafraîchissant.

Nous nous sommes concentrés très tôt sur le marché mondial et nous sommes heureux de voir que notre public grandit tous les jours un peu plus. Nous recevons des e-mails d’Europe, du Japon, du Royaume Uni, d’Australie, des Etats-Unis ou du Brésil. Tous nous disent à quel point ils aiment notre musique.

Quel est le morceau qui représente le plus ton humeur aujourd’hui ?

C’est une question difficile. Je vais prendre le morceau « 4:45 AM » car les paroles parlent du fait que la vie est un combat continue pour atteindre ses rêves.

Quel est le premier album que tu as acheté ?

‘Powerslave’ des Iron Maiden.

Iron_Maiden_-_Powerslave

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sont tes trois albums de référence ?

« A Night At The Opera » des Queen

A_Night_at_the_Opera

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Fragile » de Yes

2358e8ae5bbe63bf06999e7adbf1f123

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Wish You Were Here » des Pink Floyd

72296035

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si tu avais l’occasion de parler à ton ancien toi, plus jeune, tu lui dirais quoi ?

Joue plus de guitare ! Aie moins peur ! Écoute plus de disques ! Lis plus de livres ! Et écris beaucoup plus de musique !

Quels sont vos projets les prochains mois ?

Nous pensons sortir notre nouvel album au milieu de l’année 2016 et nous allons partir en tournée en Europe avec des dates au Pays-Bas, Allemagne, France et Royaume-Uni pour le promouvoir. Nous devions partir en avril mais à cause des attaques à Bruxelles, nous avons décalé la tournée à octobre/novembre 2016. Les dates seront annoncées bientôt.

Enfin, ma question rituelle: Beatles ou Rolling Stones et pourquoi ?

Sans aucun doute les Beatles pour moi. Ils étaient bien plus forts pour l’écriture des compositions et des arrangements. Ils étaient bien plus innovants, surtout pour leurs derniers albums.

 

Plus d’infos sur le groupe ici:

http://www.aislesproject.com

http://www.facebook.com/aislesproject

http://twitter.com/aislesproject

http://www.youtube.com/aislesproject

http://soundcloud.com/aislesproject

https://www.instagram.com/aislesproject/

 

Nathalie

En premier lieu, toute personne qui fait de la musique son sujet principal d’écriture, ne peut être qu’un fan de musique. Cette personne aura été à un moment donné un obsessionnel d’un artiste en particulier. Moi, le virus m’a contaminée à l’âge de huit ans à la première écoute du titre « Liberian Girl » de Michael Jackson. L’usage de l’écriture et la musique sont des formes différentes de partage. Ma passion écrite de la musique, je la partage sur le quotidien Luxemburger Wort (version imprimée et site internet) depuis octobre 2011 et c’est grâce à eux que j’ai pu parler à des légendes comme Joe Cocker, Yes ou les Pixies. Mon plus beau souvenir restera jusqu’à présent ma rencontre avec Depeche Mode, rencontre immortalisée sur le site internet et la version imprimée du Magazine KARMA, trimestriel consacré aux musiques actuelles et distribué dans la Grande Région auquel j’ai contribué de 2013 à 2015. Je suis chez Vacarm.net depuis 2015.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *