Report Pleymo à l’Olympia le samedi 31 mars 2018.

Pas de longue file d’attente devant l’Olympia avant l’ouverture des portes en ce samedi 31 mars et une salle bien peu remplie à 19h00. Aïe ! Les fans de Pleymo se seraient-ils contentés d’un Trianon une semaine auparavant ? Fausse alerte, moins de deux heures plus tard, ce sera face à un Olympia plein à craquer que Pleymo terminera en beauté son tour de France avant de s’envoler vers l’étranger. Dans les années 90, à la grande époque du groupe, les ados arrivaient bien avant l’heure et s’étiraient en une longue file sur les grands boulevards. Devenus trentenaires, ils ont certainement dîné tranquillement au resto avant de rentrer à l’heure dans la salle. Mais dès les premières secondes du concert, l’ado qui sommeillait en eux va retrouver toute sa vigueur ! Vacarm était dans la place pour le Pleymo Revival Tour, célébrant les 20 ans du groupe, et a pu constater qu’en dépit d’une interruption de dix ans, le combo n’a pas dit son dernier mot.

En première partie ce soir, pas de Vegastar comme au Trianon mais le petit groupe qui monte, Pogo Car Crash Control (ou Pogo 3C), quatre jeunes survoltés originaire de Seine-et-Marne, se situant musicalement (c’est eux-mêmes qui le disent) entre BB Brunes et Slayer. Olivier (chant / guitare), Louis (batterie), Simon (guitare) et Lola (basse) ont sorti leur premier album « Déprime hostile » le 23 mars et c’est à la Maroquinerie, le 12 avril qu’aura lieu la release party. Après un passage remarqué aux côtés de Stupeflip en septembre 2017 lors de la Flip Party, nul doute que leur prestation à l’Olympia va apporter encore une jolie pierre à l’édifice de ces quatre jeunes énervés qui vont certainement tout défoncer sur leur passage. trois garçons et une fille à la basse il me semble avoir déjà vu ça ? Mais je vous parle d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître (pfff coup de vieux là). Si vous voulez voir des guitares voler sur scène, direction la Maroquinerie le 12 avril. Et si vous n’habitez pas Paname, la tournée française du groupe passe forcément près de chez vous. . Les P3C seront présents le 15 juin au Download Festival et le 24 juin sur la Warzone du Hellfest rien que ça ! Les Pogo 3C délivrent (en français s’il vous plaît) un rock punk/garage enragé avec des titres accrocheurs comme « Crève » ou « Déprime hostile ». Autant dire qu’ils ont bien chauffé l’Olympia avant l’arrivée de la tête d’affiche !

Petite pause, passage au bar, et un Olympia maintenant plein à craquer attend de pied ferme Mark, Benoit, Davy, Erik, Franck et Fred. Le groupe a marqué toute une génération et le public, majoritairement trentenaire, exulte à l’idée de retrouver ses 15 ans et la fougue et l’exaltation qu’on ne ressent jamais aussi fortement qu’à l’adolescence.

La salle est plongée dans le noir lorsque résonnent les premières notes de « United Nowhere », lumière sur Davy Portela à la guitare, arrivée de Benoît Julliard à la basse 1, 2, 3, 4 et hop Mark Maggiori apparaît bondissant et c’est tout l’Olympia qui décolle dès les premières secondes ! Le sol mouvant ne facilitant pas le boulot des photographes, tache rendue encore plus compliquée par l’énergie du groupe sur scène, mille excuses donc pour les photos qui ne sont vraiment pas top ! ça bouge sur scène et dans la salle et la ferveur est bien là, avec cette drôle d’impression d’avoir remonté le temps. Slams, pogos, wall of death, le spectacle sera aussi dans la salle ce soir avec un public totalement acquis à la cause Pleymo, s’époumonnant sur chaque titre, transformant l’Olympia en un immense et bordélique karaoké. Il faut dire que la set-lit est juste parfaite, un beau mix des quatre albums studio du groupe. Franck Bailleul aux platines n’attend pas longtemps pour venir en front de scène au contact du public, casquette Suicidal Tendencies vissée sur le crâne. Les gars de la sécu commencent à sentir que la soirée va être mouvementée. Pas de doute, « Ce soir c’est grand soir » ! « Rock » is not dead, l’ « Adrénaline » monte et « Tout le monde se lève » pour Pleymo. Nous voilà déjà à 1977, année de naissance de Mark, cette même année où Marie Myriam fait gagner la France à l’Eurovision avec « L’Oiseau et l’enfant ». Il faudra encore quelques années avant que la Team Nowhere ne vienne bousculer un peu le paysage musical français. Retour en 2018 à l’Olympia où les titres s’enchainent sans que la ferveur ne retombe un instant. C’est « Nawak » ce soir et c’est tant mieux. « Le nouveau monde » est toujours d’actualité comme « Je regrette » mais « New Wave » et le fameux « Kataouh tataouh » nous laissent encore à espérer alors « Vas-y ferme ta gueule» (Tank club) parce que « Né programmé pour tout cramer, génération d’agités » (Polyester môme). La soirée est déjà bien avancée, joli cadeau avant le rappel, l’arrivée d’Enhancer sur la scène pour un de ses titres phares « Hot » tiré de l’album Electrochoc (2006) « sous la pression de nos accords on remet tout le monde d’accord » aucun doute là-dessus messieurs ! C’est déjà l’heure du rappel et après une courte pause, Pleymo revient avec « Blöhm », « Y a rien à faire faut flanquer le dawa » et c’est réussi avec un sacré braveheart ! Les deux frontmen ont tombé le tee-shirt depuis un moment, l’atmosphère de l’Olympia est tropicale, la sueur et la bière coulent à flots. « Et l’homme créa Dieu …Il serait bien mieux de croire en l’homme ». Les paroles sont hurlées à l’unisson par les ados des années 90 qui ont grandi et sans soute perdu pas mal d’illusions au passage mais veulent croire en l’homme ce soir. « Debout ! Tiens toi debout » c’est sur cette injonction tirée du dernier titre « Zephyr » que la soirée va s’achever. Pleymo a sans aucun doute réussi son retour sur scène, la magie de cette tournée anniversaire donnera-t-elle au groupe l’envie de replonger ? A suivre ! Rendez-vous au Hellfest en juin !

Un immense merci à Cyrielle de W Spectacle pour l’accréditation !

Setlist Pleymo :

  • United Nowhere
  • Ce soir c’est grand soir
  • Rock
  • Adrénaline
  • Tout le monde se lève
  • 1977
  • Cherubin
  • Nawak
  • Muck
  • Le nouveau monde
  • Je regrette
  • New-Wave
  • Tank club
  • Polyester Môme
  • K-Ra + Hot (feat. Enhancer).
  • Rappel:
  • Blöhm
  • Divine Excuse
  • Zephyr

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.