Nous y étions : Beauregard 2017

Le 7 juillet dernier, Vacarm a foulé le sol du parc Beauregard surplombé par son mythique château et lieu d’enregistrement qui a vu passer les légendes de la musique …

Mais c’est pour la neuvième édition du festival Beauregard que nous avons festoyé dans la propriété de John. Entre ses deux grandes scènes, nous avons eu un plaisir sans équivoque à découvrir les nouveaux artistes des scènes actuelles ou les icônes du rock.

 

La plus-value du festival, une ambiance familiale où se côtoient les aficionados de la bonne découverte musicale. Sur trois jours, nous  avons eu de belles surprises sur scène, en commençant par Her. Ce groupe pop rock français a envoyé des étincelles durant une heure de show. Ils vivent leur live à 200%, on ressent sur scène l’ouverture musicale des musiciens. Le chanteur à l’allure BCBG et sa formation charismatique ont partagé un moment détente et énergique à consommer sans modération.

Metronomy s’est emparé de la soirée du vendredi soir pour partager leurs ondes positives. Ce fut un live riche en émotion. Nous avons eu vent de leurs succès qui se sont révélés être de parfaites ondes en live. Avec un décor minimaliste sur scène, les british ont conquis le public de la scène Beauregard.

Un peu plus tard dans la soirée nous avons eu le plaisir de découvrir  Møme, révélation électronique française. Il sait user des nouvelles techniques pour créer et confectionner un set live inspirant. Møme se déchaine sur scène accompagnée d’une guitare revisitée en instrument de beatmaking. Un moment plaisant et amusant qui étonne le public. La chaleur de ses sonorités a fait danser les festivaliers du début à la fin du live. +1 pour Møme!

Placebo – A mi-chemin entre musique électronique et rock, Placebo a enflammé la scène Beauregard. La tête d’affiche anglaise très attendu par les festivaliers a revisité ses succès dans un live qui a su retenir l’attention du public. Aujourd’hui ancré dans une musique pop/ rock teintée  d’électronique, la formation sait encore et toujours faire plaisir à son auditoire! Pour conclure cette journée du vendredi, Boys Noize a dévoilé un set intense qui a retourné le coeur du public. Les couches tard étaient tous en direct de la scène Beauregard pour vivre ce moment extrêmement puissant.

© Moka

SAMEDI a été marqué par l’avènement de Iggy Pop sur la scène Beauregard. Le rockeur septuagénaire a obnubilé la foule durant une heure de show. Trainant la patte, tel un zombie sur scène, l’extravagant Iggy Pop a marqué les esprits tant par son déhanchement suprême que par sa forme monstrueuse sur scène. Torse poil, en communion avec son public. Le chanteur est revenu avec ses innombrables succès dont certains produit par notre cher David Bowie.

À lui TOUT SEUL: un pied de micro cassé, des bouteilles cristaline vidées sur scène et une osmose totale avec ses fans et ses musiciens. Selon les rumeurs, Iggy a profité de la côte pour aller faire une petite séance thalasso non loin du festival sur la plage de Ouistreham … Iggy tu as envoyé du rêve à Beauregard!

On remarquera l’exceptionnel live inédit de Ibrahim Maalouf qui a retourné le coeur de son public. Il a lui-même annoncé ce live comme « unique » dans sa carrière. L’anneau de sa trompette a cédé et avec ça des souvenirs anecdotiques ont surgi. Un live unique aux yeux du public, Ibrahim Maalouf démontre une nouvelle fois sa sensibilité sur scène à travers sa trompette, son clavier et son talent orchestral. Un lien unique s’est éveillé ce soir-là ; sur le parc de Beauregard.

© Ibrahim Maalouf

Voici l’anecdote de Ibrahim Maalouf sur sa page Facebook.

La présence visuelle de Phoenix sur scène a été une grande force. Retour dans une pop des années 80 sur leur nouvel album. Les couleurs du live et la prestance scénique du groupe ont permis au public de réaliser un bon dans le temps pour redécouvrir leur succès sur scène au fil de leurs sept albums.

Dimanche, rien de meilleur que de commencer la soirée sur une touche sensible avec Foals, le groupe britannique a rendu un live sans fausse note, dans l’air du temps. La communion avec le public se fait sentir lors des interprétations des titres phares « Spanish Sahara » ou « Number ».

Beauregard termine avec Die Antwoord, le groupe ZEF le plus déganté d’Afrique du Sud qui a réalisé une prestation marquante. Les animations vidéo, la musique, les visuelles … tout est là pour choquer la France, seulement Die Antwoord a amené une aura nouvelle face au public déchainé sur les titres de Ninja & Yolandi. À la fois complètement barré et sensible, on peut reconnaitre à Die Antwoord leur maîtrise du show made in South Africa.

© Crédit Photo : Erwan Le Nagard – Eurocks 2015

 

© Crédit Photo : Manoel Da Ponte – Florian Moka

Florian Moka

Chroniqueur tous styles. Je suis sensiblement électrisé par les cultures musicales qui nous entourent

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *