Live Report – Mayhem @ Le Gueulard Plus

Ce soir d’octobre, sous une lune presque pleine, les mythiques Norvégiens de Mayhem ont émergé d’un nuage de fumée sur la scène du Gueulard+.

Depuis son ouverture en 2012, le Gueulard+, installé à Nilvange, s’est assuré une place confortable dans le paysage lorrain. Entre ateliers pour mouler ses propres bouchons d’oreilles (si, si), salles de répèt’ pour groupes locaux fougueux et programmation éclectique, il a le chic pour faire surgir l’air de rien deux ou trois légendes vivantes par saison.

Si vous vous êtes intéressés au black metal ne serait-ce que quelques instants dans votre existence, vous avez lu ou entendu des histoires abracadabrantesques de meurtres, d’églises brûlées, de suicide, de cannibalisme, de mutilation sur scène ou de têtes d’animaux empalées à côté des caissons de basse. Ces histoires concernent toutes Mayhem, qui on peut le dire, a traversé une période un peu difficile au début des années 1990 ; mais une fois les membres concernés morts, en prison ou en hôpital psychiatrique et le line-up stabilisé, la musique a repris ses droits dans le monde de l’extrême.

L’histoire participe au folklore, mais elle n’est pas sans impact sur la production du groupe : les thèmes du chaos et de la mort sont des constantes, mais pas version dentelle plaintive. Sur scène, la nouvelle formation (les guitaristes Ghul et Teloch ont rejoint Mayhem en 2011) incarne son univers dans une atmosphère lourde, enfumée et sombre. Le grunt du chanteur Attila, qui endosse la peinture du maître de cérémonie, se mêle au son guttural des cordes et ne met pas franchement à l’aise. Même si depuis maintenant 20 ans, le son de Mayhem a effectué des allées et venues expérimentales dans divers genres satellites, c’est l’essence même du black metal qui est joué ici : pour cette tournée, c’est uniquement De Mysteriis Dom Sathanas qui est mis à l’honneur et est joué en intégralité. Cet album des débuts, violent, sombre et sans merci est considéré comme l’un des piliers du genre. Le public a répondu présent pour cette anthologie culte, et l’ambiance est quasi-cérémonieuse.

Et si jamais vous sentiez une sueur froide commencer à couler le long de votre échine ; sachez que voir Mayhem sur la scène à échelle humaine et en sous-sol du Gueulard+ ajoute encore à l’immersion et au délice de l’ambiance : ils sont si proches, et personne ne vous entendra crier (vraiment, en fait, c’est super bien insonorisé).

Vous aimerez aussi...

1 Response

  1. 5 octobre 2017

    […] Initialement publié le 05 octobre 2017 sur vacarm.net […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *