#LiveReport – ALESTORM à l’Elysée Montmartre (Paris)

Samedi 21 octobre, direction l’Elysée Montmartre pour le concert sold-out des joyeux drilles de ALESTORM. Arrivée trop tard malheureusement pour voir le premier groupe Æther Realm, la soirée commence pour moi avec les étranges australiens de TROLDHAUGEN. Difficile de rendre compte avec objectivité de la prestation de ce groupe qui définit son style musical par le terme de Crab Slab Core (littéralement « noyau de crabe ») et dont le frontman sur-abuse de grimaces et autres poses grotesques. Alors génial ou atterrant ? En tout cas TROLDHAUGEN ne laisse personne indifférent. En réalité c’est plutôt la perplexité qui se lit sur les visages ! Toujours est-il que le groupe est là ce soir pour défendre son dernier opus « Idio+syncrasies », un curieux mélange d’électro, rock, funk, servi par trois musiciens impassibles et un front-man qui cherche à s’enlaidir par tous les moyens et y parvient d’ailleurs très bien. Mon appareil photo pleure devant le collant noir moulant les énormes cuisses, la banane jaune autour de la taille, l’affreux k-way et les gesticulations et autres grimaces de ce bien curieux chanteur. Avec la voix c’est pareil, des variations, des cris, des grognements. Une chose est certaine, lorsqu’on les as vus une fois on ne les oublie pas ! De là à dire qu’ils ont atteint leur but … libre à chacun de se faire sa propre idée !

Set lit TROLDHAUGEN :

  • I Ordered a Taxi Driver Not a Taxidermy
  • CRISPr Me Baby (One More Time)
  • BMX Terminator
  • Poultrytician
  • ¡Mambo Mambo! (¿Binko Banko?)
  • It’s Morphine Time
  • Jaw Drop
  • Genome In A Bottle
  • Viva Loa Vegas

 

Après une petite pause, installation de la scène pour la tête d’affiche avec batterie/bar et énorme canard gonflable jaune à faire pâlir d’envie nos frenchies de ULTRA VOMIT. Après une intro musicale un poil longue, ALESTORM débarque sur scène et attaque avec « Keelhauled » repris en chœur par un public déchaîné dès les premières secondes. Ce soir le spectacle est autant dans la fosse que sur la scène. Tricornes, épées, vestes de pirate fleurissent dans la salle. D’énormes ballons colorés circulent entre le public et le groupe. De « Mexico » à « Drink » en passant par « That Famous Ol’ Spiced », « No Grave But The Sea » ou « Hangove »r (avec Beef Guy en guest qui avalera trois bières dont deux à la fois en un temps record), le groupe enchaîne les titres à une vitesse incroyable, mené par son frontman, Chris Bowes (chant/clavier), en kilt rouge (sous lequel il porte un caleçon le dégonflé). Le public chante d’une seule voix. La bière coule à flots et la température devient rapidement caniculaire. Pas de temps mort, juste une heure et demie de pure folie. Les titres sont joyeux et festifs, il y est question d’alcool et de piraterie et le public, qui ne demande qu’à s’amuser, ne va cesser de slammer, sauter, ramer en chœur, tout en s’époumonant sur les refrains pour terminer majeur levé sur le dernier titre « Fucked with an Anchor ». ALESTORM a trouvé la recette (certains diront peut-être un peu facile) de la soirée réussie. Ici pas de prise de tête, groupe et public sont là pour faire la fête et ne s’en privent pas.

Un concert dont on sort épuisés et en nage mais surtout reboostés et joyeux, la tête pleine de refrains entêtants en se promettant de revenir voir ALESTORM chaque fois qu’ils passeront dans le coin parce que ça fait du bien. Tout simplement.

Setlist Alestorm :

  • Keelhauled
  • Alestorm
  • Magnetic North
  • Mexico
  • That Famous Ol’ Spiced
  • The Sunk’n Norwegian
  • No Grave But The Sea
  • Nancy the Tavern Wench
  • Rumpelkombo
  • 1741 (The Battle of Cartagena)
  • Hangover
  • Pegleg Potion
  • Bar ünd Imbiss
  • Captain Morgan’s Revenge
  • Shipwrecked
  • ——–
  • Drink
  • Wenches & Mead
  • Fucked with an Anchor

Un grand merci à Tangui et Garmonbozia pour l’accréditation !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *