Shock Machine : nouveau clip « Strange Waves »

Shock Machine, projet solo de James Righton, avait dévoilé fin 2016 les premiers détails concernant la sortie de son album. Eponymement intitulé Shock Machine, il comporte 10 morceaux et sorti le 25 août 2017 chez Marathon Artists / [PIAS].

Shock Machine a été enregistré dans une cabane dans le sud de la France, a été produit par James Ford (Arctic Monkeys, Florence + The Machine, Haim) et mixé par Ben H Allen (Gnarls Barkley, Animal Collective, Deerhunter). L’artwork est signé Rob Carmichael, notamment connu pour ses travaux avec Animal Collective, Panda Bear et Dirty Projectors.

Sortant chez Marathon Artists (Label de Courtney Barnett, Jagwar Ma, Baaba Maal…), l’album est une succession de morceaux intemporels qui s’inspirent des grands noms de la pop des années 70 – de Todd Rundgren et Dennis Wilson aux premiers travaux de Paul McCartney et Roxy Music – mais qui les ré-imagine à travers un filtre du 21ème siècle, exubérant, psychédélique, pour en faire quelque chose de véritablement moderne. Un genre de « Benny and the Jets d’Elton John sous acides » selon James.

Il est difficile de ne pas percevoir au fil de l’album la démarche d’un artiste tentant de trouver sa propre voix, loin des modes et des tendances actuelles. L’album Shock Machine s’assimile à la chute vertigineuse d’un individu tombant à nouveau éperdument amoureux de la musique. Ce qu’il est précisément.

En voici un nouvel extrait appelé « Strange Waves » :

 

Nathalie

En premier lieu, toute personne qui fait de la musique son sujet principal d’écriture, ne peut être qu’un fan de musique. Cette personne aura été à un moment donné un obsessionnel d’un artiste en particulier. Moi, le virus m’a contaminée à l’âge de huit ans à la première écoute du titre « Liberian Girl » de Michael Jackson. L’usage de l’écriture et la musique sont des formes différentes de partage. Ma passion écrite de la musique, je la partage sur le quotidien Luxemburger Wort (version imprimée et site internet) depuis octobre 2011 et c’est grâce à eux que j’ai pu parler à des légendes comme Joe Cocker, Yes ou les Pixies. Mon plus beau souvenir restera jusqu’à présent ma rencontre avec Depeche Mode, rencontre immortalisée sur le site internet et la version imprimée du Magazine KARMA, trimestriel consacré aux musiques actuelles et distribué dans la Grande Région auquel j’ai contribué de 2013 à 2015. Je suis chez Vacarm.net depuis 2015.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *