Phantastic Ferniture dévoilent le clip « Dark Corner Dance Floor »

Phantastic Ferniture, le groupe de garage-pop composé de Julia Jacklin, Elizabeth Hughes et Ryan K Brennan ont sorti leur premier album éponyme le mois dernier et partage aujourd’hui le clip de « Dark Corner Dance Floor ». 

Pour le groupe, quand tu es un enfant ayant vécu en banlieue, l’aquarium, les cinémas, la grande roue symbolisent à eux seuls une ville comme Sydney. Ils imaginaient une vision totalement romantique à passer ses weekends à tomber amoureux sous la lumière des grattes ciels. Il se trouve que quand tu vas finalement t’installer à Sydney tu ne vas jamais dans ces endroits. Ils ont à travers ce clip voulu retranscrire ce sentiment qu’on a quand deux adolescents qui  imaginent une vie avec les yeux pleins d’étoiles.

Ils se sont formés dans un bar, le jour de l’anniversaire de Jacklin en 2014, les dix participants ont fait un pacte se jurant de former un groupe. Seul quatre s’en souviendront rappelle Hughes. Le groupe se rejoint dès qu’il le peut pour écrire et faire une poignée de dates et faire grandir leur fanbase de concert en concert.

Ils ne se sont pas dit que ce serait un « side project » et ont décidé d’enregistrer un album.

Le mot d’ordre ? Moins de technique que sur leur projet solo pour beaucoup plus de spontanéité.

Jacklin rappelle que jamais Ryan n’avait joué de la batterie dans un groupe comme Liz n’avait jamais été lead guitariste, Tom ne jouait pas de basse et elle ne chantait pas. La passion devait être le prisme de leur musique plus que leur qualité technique.

La mission était évidente, ne pas trop réfléchir. Cela devient une évidence quand on écoute leur garage pop abrasive et immédiate.

Une évidence pour le chemin non conventionnel qu’ils ont choisi. Le résultat, un des albums les plus agréables de 2018.

3U4A0620%20(1)%20copy.jpg

 PHANTASTIC FERNITURE

« PHANTASTIC FERNITURE« 

(TRANSGRESSIVE / [PIAS] FRANCE)

Nathalie

En premier lieu, toute personne qui fait de la musique son sujet principal d’écriture, ne peut être qu’un fan de musique. Cette personne aura été à un moment donné un obsessionnel d’un artiste en particulier. Moi, le virus m’a contaminée à l’âge de huit ans à la première écoute du titre « Liberian Girl » de Michael Jackson. L’usage de l’écriture et la musique sont des formes différentes de partage. Ma passion écrite de la musique, je la partage sur le quotidien Luxemburger Wort (version imprimée et site internet) depuis octobre 2011 et c’est grâce à eux que j’ai pu parler à des légendes comme Joe Cocker, Yes ou les Pixies. Mon plus beau souvenir restera jusqu’à présent ma rencontre avec Depeche Mode, rencontre immortalisée sur le site internet et la version imprimée du Magazine KARMA, trimestriel consacré aux musiques actuelles et distribué dans la Grande Région auquel j’ai contribué de 2013 à 2015. Je suis chez Vacarm.net depuis 2015.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.