Chronique | Mew : Visuals

Après un retour très attendu en 2015 avec +/- (lire : « Plus / Minus ») qui n’avait déçu aucune chronique, si ce n’est par sa petite timidité caractérisante, Mew remet le couvert cette année avec Visuals, le 7ème album du groupe.

Le moindre que l’on puisse dire et ce, que ce soit à la première écoute ou à la quinzième comme moi, c’est que Mew n’a pas lésiné sur l’inspiration. Si les précédentes galettes pouvaient facilement proposer une trame musicale sur au moins quelques groupements de titres au sein d’un même album, ici c’est l’explosion des genres à tout va !

Si les deux premiers titres nous mènent vers des paysages déjà conquis mais toujours aussi agréables à visiter, les guitares sombres de « Candy Pieces All Smeared Out » avec les arrangements de cuivres, sèchement effacées par un chant hymnique de Jonas mettent les couilles sur la table. Avec le titre « Ay, Ay, Ay », on va clairement faire un petit coucou à Bat For Lashes. D’autres titres originaux comme « Twist Quest », seront un peu les ovnis de l’album et nous trainent encore plus loin dans les délirés oniriques des danois.

Plus aventureux, plus expérimental que son ainé mais toujours aussi perfectionné, l’humeur de Visuals fait honneur à sa dynastie. A en se demander si un jour, le groupe compte se planter, artistiquement parlant, histoire de parleur d’eux un peu différemment. Ce que l’on ne leur souhaitera jamais, d’ailleurs.

L’album sort… aujourd’hui ! Très bonne journée à vous, donc.

01. Nothingness And No Regrets
02. The Wake Of Your Life
03. Candy Pieces All Smeared Out
04. In A Better Place
05. Ay Ay Ay
06. Learn Our Crystals
07. Twist Quest
08. Shoulders
09. 85 Videos
10. Zanzibar
11. Carry Me To Safety

Jean-Marie Carrée

Be confortable, Creature.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *