Turbonegro – Rock’n’roll machine

S’il y a bien un groupe qui n’a pas quitté nos playlists depuis quelques années, c’est Turbonegro ! Leur savant mélange de « deathpunk », de tenues décadentes dignes du Grand Guignol et de paroles graveleuses qui nous font honte à chantonner au bureau, positionne le groupe norvégien en tête d’affiche des plus gros festivals. La réputation sulfureuse de Turbonegro, et de sa communauté de fans, les Turbojugend, y est pour quelque chose, mais il faut avouer que le répertoire dispose d’une tripotée de singles forgés avant tout pour prendre son pied en live. « Rock’n’roll machine » est le dixième LP de cette locomotive norvégienne infernale, et le deuxième opus depuis la reformation du groupe en 2010, avec son nouveau chanteur Anthony Madsen-Sylvester. Retour sur un album qui en surprendra plus d’un…

La sortie de « Sexual Harassment », en 2012, marquait un tournant pour Turbonegro, avec l’enjeu d’imposer la patte de son nouveau chanteur, tant l’empreinte de Hank Van Helvete était forte. Si la prestance de ce nouveau leader était une évidence en live, fallait-il encore passer l’épreuve du studio. La résultante fut un album sans prise de risques, avec des singles grivois (« You Give Me Worms », « Shake Your Shit Machine »…), exploitant la veine historique du groupe. De retour en 2018, après une longue tournée, Turbonegro nous surprend avec « Rock’n’roll machine », un album aux ambiances rétro-modernes 80’s. Le groupe y sublime ses influences heavy, plus proches de Van Halen que du punk des Ramones. On a de quoi être surpris par cette mouture, où les synthés sont omniprésents, et où le « fun » légendaire du groupe s’efface au profit de compositions plus indirectes. Même le single « Hot for Nietzsche », disponible depuis un bon moment sur les plateformes de streaming, a été revisité avec moultes effets et nappes de synthés. La production plus brute déjà disponible était bien plus efficace ! A la première écoute, on a été déboussolé par ces choix cavaliers. On a même rejeté l’album… Non, ce n’était pas l’image de Turbonegro que nous voulions garder de ce groupe !

Mais, nous savons bien qu’il ne faut jamais se fier à sa première intuition. Elle est souvent de bons conseils, mais pour certains albums, une écoute plus attentive s’impose. Les compositions de Turbonegro ne sont ni plus complexes, ni plus simples qu’auparavant, mais c’est plutôt la production qui choque avec des arrangements un peu gras, dont on se serait bien passés pour profiter pleinement des titres assez rentre-dedans. En faisant abstraction, de ces nombreux synthés, des effets rétro un peu lourdingues, finalement rien n’a changé chez Turbonegro. « Part II: Well Hello » est un bon morceau d’ouverture, « Part III : RockNRoll Machine » est un single qui rivalise avec les titres historiques de la formation et « Hurry up & Die » est l’un de ces titres ultra-addictifs que le groupe a su produire tout au long de sa carrière. Néanmoins, tout n’est pas à jeter dans ces ambiances néo-désuètes des années 80, car la production relève l’intérêt de titres comme « Skinhead Rock & roll » ou « John Carpenter Powder Ballad », qui nous emmènent dans l’univers d’un Van Halen lubrique qui aurait fait péter le bouton de son skaï. Cette production « revival » n’est cependant pas tenable à la longue pour Turbonegro, à moins de changer véritablement l’orientation du groupe. On se rassure donc en se disant que les prochains albums reviendront probablement à des ambiances plus consensuelles.

Si ce dixième album de Turbonegro, « Rock’n’roll machine » surprendra les fans du canal historique, il ne devrait pas choquer le public en live. Au contraire, il apportera quelques étincelles à des shows déjà explosifs avec des titres tels que « Hot for Nietzsche » ou « Hurry up & die ». Comptez sur nous pour nous presser dans la fosse lors de la prochaine édition du Hellfest !

.: Tracklist :.
1. Chrome Ozone Creation – The Rock And Roll Machine Suite Part I
2. Part II: Well Hello
3. Part III: RockNRoll Machine
4. Hurry Up & Die
5. Fist City
6. Skinhead Rock & Roll
7. Hot for Nietzsche
8. On The Rag
9. Let The Punishment Fit The Behind
10. John Carpenter Powder Ballad
11. Special Education

Erwan Le Nagard

Fondateur du site, épris de passion pour le stoner. Le monde ne se résume pas à une citation de Lemmy.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *