Truckfighters – V

Paris, jour de canicule. Première chronique depuis une triste soirée de novembre. Qu’il fait bon de retrouver son clavier et le sourire en écoutant « V », le cinquième album du « meilleur groupe ayant existé » (selon Josh Homme). Si cette déclaration reste aventureuse, Truckfighters n’en reste pas moins un groupe exceptionnel, sur scène comme sur galettes, car le trio suédois sait surprendre son public le plus fidèle en empruntant son énergie scénique à AC/DC et en donnant une teinte moderne à des compositions qui puisent leur inspiration dans les 90’s.

La nouvelle livraison de Truckfighters renoue avec un fuzz rock débordant d’énergie. Oubliez les ambiances planantes de « Universe« , les suédois reviennent à la scène avec leur album le plus explosif depuis « Phi ». C’est une bien belle surprise ! En entamant l’album avec « Calm before the storm » – notez l’ironie du titre – Truckfighters ne laisse rien présager du ciel qui va nous tomber sur la tête dans quelques minutes. L’entrée en matière s’initie dans la veine de « Prophet« , single bouleversant du précédent album, puis touche le « it » après 4 min de torpeur. Le départ est donné pour 40min d’un fuzz rock intense et buriné par une basse sur-saturée. « Hawkshaw » laisse encore une chance à l’auditeur d’apprécier quelques couplets aériens pour un dernier instant, mais la messe est dite : Truckfighters accélère le tempo.

C’est sur le troisième titre, « The 1 » -comme s’il n’en fallait qu’un- que Truckfighters dévoile sa pièce maîtresse ; un morceau généreux, long de 6 minutes de bonheur, emmené par une batterie groovy. La basse sur-saturée bave et accroche la production sur les couplets pour mieux libérer le refrain à une guitare fuzz étonnamment claire, qui va littéralement exploser en vol à la fin du morceau en faisant surchauffer la Wah-Wah. Pas de répit pour nos tympans, notre bonheur continue avec le riff principal de « Gehenna », une basse lourde et aliénante. En fin de morceau, Dango trouve une nouvelle fois la pédale de Wah pour porter cette chanson épique, un cran au-dessus ; jamais un album de Truckfighters n’aura sonné autant hard rock, et jamais il ne nous aura autant rappelé la simplicité qu’arborent ces trois membres. La tension redescend temporairement avec « The Contract », autre oeuvre majeure de cet album, plus ambiancée et à la ligne de chant inspirée. Définitivement, rien n’est à jeter dans ce cinquième album. « Fiend » offre une vision plutôt déstructurée et originale de la discographie de Truckfighters, avec un refrain syncopé. En revanche, le couplet de « Storyline » renoue avec les compositions de Mania, c’est-à-dire un tempo légèrement plus lent et la recherche d’un momentum qui catapultera l’auditeur sous un rouleau compresseur de décibels.

« V » pourrait dérouter, de prime abord, les fans de Truckfighters qui entrevoyaient « Universe » comme un album-étape vers de nouveaux horizons. Néanmoins, le trio suédois n’a pas fini de nous étonner avec une recette simple : des riffs lourds et toujours plus saturés. Pourtant, ces éléments essentiels participent à la recherche d’une expérience sensorielle totale, où l’auditeur vibre autant que sa chaine hi-fi.

truckfighters-v-cover.: Tracklist :.
1. Calm before the storm
2. Hawkshaw
3. The 1
4. Gehenna
5. The Contract
6. Fiend
7. Storyline

Erwan Le Nagard

Fondateur du site, épris de passion pour le stoner. Le monde ne se résume pas à une citation de Lemmy.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *