Chronique : Nine Inch Nails – Add Violence

Trent Reznor ne fait rien comme les autres. Le musicien enregistre dans le plus grand secret, sort des albums sans promo préalable et tourne à l’envie, désormais sporadiquement. Le line-up de Nine Inch Nails reste tout aussi insaisissable et sujet à de profondes modifications dont de réguliers départs / réintégrations – Robin Finck, Alessandro Cortini –, la direction artistique restant l’apanage de Reznor. Pour la première fois en près de trois décennies de NIN, ce dernier a pourtant ouvert la porte de son univers sombre et torturé à une présence extérieure. Atticus Ross, partenaire de jeu régulier lorsqu’il s’agit de s’aventurer sur l’écriture instrumentale pour le cinéma, intègre officiellement le « projet » fin 2016. A la clé, l’envie de composer trois formats courts. L’EP Add Violence matérialise à ce titre le « chapitre 2 » du concept de Reznor et Ross, approche de l’écriture et de la diffusion qui n’est pas sans rappeler le Teargarden by Kaleidyscope avorté des Smashing Pumpkins.

Not The Actual Events, premier EP publié fin 2016, présentait un Nine Inch Nails abrasif, radicalement éloigné du son d’Hesitation Mark, dernier « véritable » album en date. A vouloir faire dans l’anti-commercial radical, Reznor et Ross semblaient pourtant partiellement passer à côté de leur sujet. S’épanchant dans une musique ultra-expérimentale et distordue, les deux musiciens en oubliaient – volontairement ou non – de faire preuve de sensualité, voire plus simplement de musicalité. Un hermétisme que le groupe oublie ici plus ou moins temporairement, notamment en déroulant d’entrée de jeu le morceau « Less Than ». Le titre est une véritable perle de rock indus aux sonorités électro-rétro qui n’est pas sans rappeler les meilleures compositions de With Teeth. Bardée de contrastes, habitée par un refrain grandiose, ce dernier réconciliera ceux qui n’avaient rien captés au précédent EP avec Nine Inch Nails. Passé cette compo introductive, les deux zicos retombent pourtant dans des travers plus sinueux et poursuivent leur travail sur les ambiances. Add Violence s’inscrit de ce fait parfaitement dans le continuité de son prédécesseur, bien que développant plus franchement l’aspect mélodique du groupe. L’EP reste en ce sens plus accessible, proche de ce que Reznor avait pu proposer sur des sorties confidentielles, notamment l’excellent Still.

Si l’ambiance sonore de l’EP soit particulièrement soignée, le tout pourra parfois laisser naitre une certaine forme de frustration. Add Violence se positionne une nouvelle fois à la croisée des envies, entre BO made in Reznor / Ross et le son NIN d’antan. L’écrasante majorité des morceaux mise de ce fait davantage sur les instrus que sur un quelconque refrain percutant, le chant, à fleur de peau, restant malgré tout de grande qualité. Add Violence se doit d’être appréhendé comme un ensemble compact et indissociable, une expérience courte et parfois extrêmement intense – la décharge « Not Anymore », titre dans le plus pur esprit Broke –, et non comme un ensemble de hits indus. La démarche est audacieuse, mais l’EP déroutera et abandonnera probablement les moins persistants dans ses boucles électroniques.

Plus aisé d’accès que Not The Actual Events, Add Violence demande un peu de patience avant de dévoiler l’intégralité de sa saveur, bien que ce second mini ne s’appréhende plus rapidement avec une bonne connaissance du background musical de Nine Inch Nails. Reste la méthode de diffusion, qui continuera à faire grincer des dents. Disponible uniquement en numérique à l’heure actuelle, le disque devrait bénéficier d’une sortie vinyle via le site du groupe Un choix un peu hype qui limite l’acquisition du support physique par les amateurs bien équipés et disposés à claquer 20 dollars de frais de port – soit autant que l’EP ! – pour compléter leur collec’. Les derniers amateurs de CD continueront à espérer une compilation regroupant les trois EP d’ici la fin de l’année.

EP disponible en téléchargement depuis le 21 juillet.

Le clip-vidéo de « Less Than » :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *