Victor Démé – Yafaké

Nous étions sur le point de publier un article sur le nouveau disque de Victor Démé, « Yafaké »,et  nous avons appris sa mort brutale suite à une crise de paludisme.

Néanmoins la sortie de son nouvel album prévue le 27 novembre 2015 va être maintenue, la veille du concert qu’il devait donner au festival Africolor et qui sera transformé en une soirée hommage.

Nous sommes fiers de contribuer à propager son folk-blues africain tellement attachant, en n’oubliant pas non plus qu’il était un apôtre de la tolérance dans un Burkina Faso si malmené.

4a208435-d19d-4985-8ea7-422e0fe9dfda

Victor Démé a choisi d’intituler son nouvel album Yafaké, ce qui veut dire « pardonner » en langue dioula. Signe d’une époque : il chante les vertus de la tolérance et de la mansuétude dans un Burkina Faso bouleversé, engagé dans une révolution politique dont on ne connaît pas encore l’issue.

Comme si le climat social orageux avait imprégné sa musique, les pulsations d’une batterie charpentent les mélodies de ce troisième disque, une première pour lui en studio.

Après un remix house de son morceau Djon Maya par les deux DJs français de Synapson en 2014, ce chanteur rare livre ici douze compositions originales enregistrées à Ouagadougou, sur un mode folk-blues délicieusement enivrant.

Nathalie

En premier lieu, toute personne qui fait de la musique son sujet principal d’écriture, ne peut être qu’un fan de musique. Cette personne aura été à un moment donné un obsessionnel d’un artiste en particulier. Moi, le virus m’a contaminée à l’âge de huit ans à la première écoute du titre « Liberian Girl » de Michael Jackson. L’usage de l’écriture et la musique sont des formes différentes de partage. Ma passion écrite de la musique, je la partage sur le quotidien Luxemburger Wort (version imprimée et site internet) depuis octobre 2011 et c’est grâce à eux que j’ai pu parler à des légendes comme Joe Cocker, Yes ou les Pixies. Mon plus beau souvenir restera jusqu’à présent ma rencontre avec Depeche Mode, rencontre immortalisée sur le site internet et la version imprimée du Magazine KARMA, trimestriel consacré aux musiques actuelles et distribué dans la Grande Région auquel j’ai contribué de 2013 à 2015. Je suis chez Vacarm.net depuis 2015.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.