Nothing More (et IN SEARCH OF SUN) le 5 décembre 2017 aux Etoiles à Paris

Vous ne pouvez pas imiter un groupe comme Nothing More (en photo en tête d’article). Depuis leurs débuts, les Américains ont su cultiver une fanbase euphorique à l’ancienne : en sortant une musique novatrice, en partant en tournée non-stop et entretenant une relation avec leurs fans qui dépassent les tendances. En cohérence, le dernier album du groupe The Stories We Tell Ourselves montre le chanteur Jonny Hawkins encore une fois portant l’âme de Nothing More alors que ses confrères Mark Vollelunga (guitare), Daniel Oliver (basse) et Ben Anderson (batterie) créent une palette de sons composée d’éléments allant du Metal progressif à la Pop. En fin de compte, l’album n’est pas juste à propos des histoires du groupe, il est aussi à propos du récit personnel de l’auditeur.

Sorti le 15 septembre 2017, The Stories We Tell Ourselves prouve à tout le monde que même si nos histoires ne finissent pas toujours bien, il y a une beauté dans l’expérience. Même dans les moments les plus sombres de l’album, il y a de l’espoir qui émane de chacune de ces chansons qui feront sans doute écho chez les nouveaux auditeurs tout en renforçant le lien que Nothing More a déjà avec ses fans.

Après avoir atteint la 1ère place des Charts Rock aux USA la semaine dernière, les bonnes nouvelles continuent de tomber pour NOTHING MORE !

En effet, la liste des nominés aux prochains Grammy Awards vient de tomber dans le Billboard et le groupe figure dans 3 catégories :

Retrouvez Nothing More en concert le 5 décembre 2017 aux Etoiles à Paris avec IN SEARCH OF SUN en première partie.

Nathalie

En premier lieu, toute personne qui fait de la musique son sujet principal d’écriture, ne peut être qu’un fan de musique. Cette personne aura été à un moment donné un obsessionnel d’un artiste en particulier. Moi, le virus m’a contaminée à l’âge de huit ans à la première écoute du titre « Liberian Girl » de Michael Jackson. L’usage de l’écriture et la musique sont des formes différentes de partage. Ma passion écrite de la musique, je la partage sur le quotidien Luxemburger Wort (version imprimée et site internet) depuis octobre 2011 et c’est grâce à eux que j’ai pu parler à des légendes comme Joe Cocker, Yes ou les Pixies. Mon plus beau souvenir restera jusqu’à présent ma rencontre avec Depeche Mode, rencontre immortalisée sur le site internet et la version imprimée du Magazine KARMA, trimestriel consacré aux musiques actuelles et distribué dans la Grande Région auquel j’ai contribué de 2013 à 2015. Je suis chez Vacarm.net depuis 2015.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *