Compte tes blessures – le premier film sur le post-hardcore

Compte tes blessures, premier long métrage de Morgan Simon, sortira en salles le 25 janvier 2017. Pour la première fois, le réalisateur se plonge dans l’univers du post-hardcore et raconte l’histoire de Vincent, chanteur charismatique d’un groupe. A 24 ans, il a déjà tatoué la moitié de son corps et avec sa gueule d’ange et son regard incandescent, le monde lui appartient. L’arrivée d’une nouvelle femme dans la vie de son père réveille les tensions. Vincent n’entend plus retenir sa colère, ni son désir.


Compte tes blessures, au cinéma le 25 janvier.

Morgan Simon nous explique son attirance pour le post-hardcore, et pourquoi ce style musical tient une place aussi importante dans son film. « Je voulais parler de la famille monoparentale, des non-dits, de l’incommunicabilité, de l’amour. Le personnage principal, Vincent (Kévin Azaïs), vit un paradoxe que sans doute nous avons tous ressenti chacun à notre manière. En tant que chanteur, il est capable de crier sur scène avec charisme devant un public, mais chez lui, face à son père, il subit et se tait. Finalement, une question de cinéma se posait ici : un concert de post-hardcore est-il plus intense qu’une scène de famille autour de la table ? ». Pour nous plonger au coeur de la scène post-hardcore, le réalisateur a filmé des extraits live de Being As An Ocean et des groupes renommés tels que Circa Survive ou Devil Sold His Soul font partie de la bande originale du film.

Plus intéressant encore, il a fallu monter un véritable groupe, VII Day Diary, avec les membres du casting qui ont joué live et composés plusieurs titres ! « Il était inenvisageable pour moi de filmer du playback », explique Morgan Simon. « Pour faire ce film, le deal avec Kévin était ainsi qu’il soit capable de devenir un chanteur de ce style, de crier dans un micro, de pouvoir reproduire cette performance en studio d’enregistrement et sur scène. Ce challenge et cette idée de dépassement de soi ont beaucoup plu à Kévin. Vocalement, il a été coaché par Julien Krug (Matthew, bassiste) qui a joué dans plusieurs de mes courts et qui est chanteur de post-hardcore. Julien a écrit deux textes, son ami Selim Aymard (Zachary, guitariste) a composé les deux musiques et s’est adjoint à eux Cédric Laban (Ruddy, batterie) que nous avons découvert en casting sauvage. Après plusieurs mois de travail, d’efforts, de pertes de voix et de syncopes, Kévin est allé enregistrer les voix en studio. Il nous a ébouriffés. Il était capable techniquement de screamer, mais surtout de le faire avec émotion et vérité, comme le prolongement de son jeu d’acteur. Il est devenu un chanteur de post-hardcore. Le groupe, VII Day Diary, a ensuite commencé à répéter pour monter sur scène. Dans le film, tout est joué en live. Cette liberté au tournage était fantastique, il y a eu une vraie communion entre les membres du groupe, avec le public, une énergie s’est propagée partout autour de nous. »


Par ailleurs, vous pourrez retrouver ce soir, à partir de 22h, sur Canal+ Cinéma, le court métrage de Morgan Simon, RÉVEILLER LES MORTS à l’occasion de La fête du court métrage.

Erwan Le Nagard

Fondateur du site, épris de passion pour le stoner. Le monde ne se résume pas à une citation de Lemmy.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *