Compte tes blessures en DVD

Nous vous avions annoncé la sortie du film de Morgan Simon, Compte tes blessures, cet hiver. Après une sortie en salles réussie, le film est désormais disponible en DVD et en VOD. Compte tes blessures met en scène Kevin Azais dans le rôle d’un chanteur de post-hardcore charismatique, aux prises avec Monia Chokri. Le film nous a particulièrement plu pour son intensité, et bien évidemment, parce qu’il nous plonge dans le monde des musiques alternatives avec des moments que nous avons tous vécus. Les scènes de concerts sont d’autant plus intenses qu’y figure Being As An Ocean. De plus, on admire la prestation des acteurs qui ont dû monter un véritable groupe de post-hardcore (VII Day Diary) pendant le tournage, un EP est d’ailleurs en écoute sur les plateformes de streaming.

 

Toujours dans le registre de l’énergie : Quelle est votre approche des scènes musicales dans le film ?
Je ne me dis jamais que je filme un concert. Je ne fais pas de captation, je filme une rencontre, une explosion, les deux en même temps si possible. Je poursuis ce que le personnage ressent et le plan-séquence permet de vivre pleinement ce moment. Je ne cherche pas à le garder forcément au montage, c’est ce que cela crée au tournage qui m’intéresse, la tension, la liberté, le danger. Quand le personnage de Kévin chante, il y a l’exaltation et la frustration, c’est une libération. Pour crier sur scène, Kévin a été coaché par Julien Krug (Matthew) qui a joué dans mes courts-métrages et qui est un vrai chanteur de post-hardcore. Cela a duré plusieurs mois, on n’était pas sûr que Kévin en soit capable, mais arrivé en studio pour enregistrer les morceaux, il a grave envoyé ! La culture musicale de Kévin vient du hip-hop et, au-delà du scénario, ce défi de faire une performance l’intéressait beaucoup, de montrer qu’il pouvait aller totalement à l’opposé de ce qu’il avait précédemment joué. Il peut être fier de ce qu’il a accompli, en tout cas je le suis.

Vous avez créé pas mal de tatouages pour le film…
Là encore, cela a été plusieurs mois d’essais et de recherches. Il y a eu un gros travail de création de l’Atelier 69 (Pascal Larue) pour « remplir » Kévin. Chaque jour, c’était une ou deux heures à poser et à enlever, il faut rendre un grand hommage à l’équipe maquillage. J’avais un regard très clair sur ce que je cherchais, cela devait rester cohérent et se fondre avec les tatouages qu’avait déjà Kévin. Le jeu, d’ailleurs, est de reconnaître les faux des vrais…

D’où vient le titre COMPTE TES BLESSURES ?
J’ai comme souvent débuté l’écriture avec le titre. Il me permet de visualiser l’énergie du film. Ici, c’est un détournement de l’expression anglo-saxonne « Count Your Blessings » qui veut dire « Compte tes bienfaits dans la vie ». Le titre dit finalement l’inverse : la vie reste un combat. « Count Your Blessings » est aussi le nom du premier album du groupe de post-hardcore, Bring Me The Horizon, qui est la référence du genre et qui compte beaucoup pour moi. Vincent porte la tenue emblématique du chanteur, Oliver Sykes : le maillot noir à rayures rouges de Michael Jordan chez les Chicago Bulls…

Propos recueillis par Leo Seosanto, novembre 2016.

Erwan Le Nagard

Fondateur du site, épris de passion pour le stoner. Le monde ne se résume pas à une citation de Lemmy.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *